Reconvilier: la pollution des sols au coeur d'une motion

La députation francophone du Grand Conseil bernois demande au canton de payer la totalité de ...
Reconvilier: la pollution des sols au coeur d'une motion

La députation francophone du Grand Conseil bernois demande au canton de payer la totalité de l'assainissement

Une motion demande que le canton prenne à sa charge tous les frais d'assainissement des sols pollués. (Photo: archives) Une motion demande que le canton prenne à sa charge tous les frais d'assainissement des sols pollués. (Photo: archives)

« Les propriétaires ne sont pas responsables, et ce n’est pas à eux d’assumer ces charges ». C'est l'avis de Sandra Roulet-Romy, présidente de la députation francophone du Grand Conseil bernois, au sujet de la pollution des sols à Reconvilier. Cinquante-quatre parcelles sont à assainir, à différents degrés de contamination. Et comme l'entreprise responsable, la Boillat, n'existe plus, le canton ne peut pas appliquer le principe du pollueur-payeur. Dans certains cas, les propriétaires devront assumer jusqu'à 20% des charges pour l'assainissement de leur parcelle. La motion demande que ce ne soit pas le cas, comme l'explique Sandra Roulet-Romy:

Égalité de traitement

Un autre point de la motion demande une égalité de traitement pour tous les propriétaires. En effet, les lois diffèrent face à un sol considéré comme « zone rouge », c'est à dire très pollué, ou « zone jaune » et « zone orange », pour des sols moins contaminés. Dans ces deux derniers cas, la dépollution n'est obligatoire que si le propriétaire veut construire ou aménager un jardin potager, mais elle est entièrement à sa charge. La députation francophone demande que tous les citoyens concernés soient logés à la même enseigne, et n'aient rien à payer pour ces travaux.


Métaux lourds de conséquences

Enfin, la motion demande des analyses supplémentaires dans les zones polluées de Loveresse et Reconvilier. Elles doivent porter sur les effets sur la santé des fruits et légumes cultivés dans ces parcelles, ainsi que les produits issus des animaux qui y pâturent (fromage, viande, etc.). Les explications de Sandra Roulet-Romy:

Selon la présidente de la députation francophone, « on ne connaît pas encore aujourd'hui les conséquences de cette pollution ». /cbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus