Le salon qui tord le cou au Covid-19

L’entreprise Crevoisier SA située aux Genevez a mis sur pied un salon privé sur quatre jours ...
Le salon qui tord le cou au Covid-19

L’entreprise Crevoisier SA située aux Genevez a mis sur pied un salon privé sur quatre jours pour accueillir ses clients à Saignelégier et délivrer un message optimiste en cette période troublée

La Halle-Cantine de Saignelégier n’a pas l’habitude d’accueillir des machines de l’industrie 4.0, mais le mariage entre tradition et modernité a séduit. La Halle-Cantine de Saignelégier n’a pas l’habitude d’accueillir des machines de l’industrie 4.0, mais le mariage entre tradition et modernité a séduit.

Privés de salon, ils choisissent le salon privé ! Les 80 employés de l’entreprise Crevoisier SA ont investi la Halle-Cantine de Saignelégier cette semaine pour démontrer leur savoir-faire à leurs clients, venus de Suisse, de France et d’Allemagne. La firme des Genevez est spécialisée dans la construction de machines, notamment pour le polissage. Parmi les invités, de grands groupes horlogers comme Swatch, Rolex, Richard Mille ou Richmond. La formule a conquis le CEO Philippe Crevoisier qui pense que ce genre de rendez-vous est « mieux qu’un vrai salon parce que nous sommes près des clients. Ce qui ne veut pas dire qu’un salon n’est pas bien, mais ici, on peut se spécialiser pour chaque client ».

Le salon était construit pour respecter les règles de distance sociale. Le salon était construit pour respecter les règles de distance sociale.

En cette année où le coronavirus a eu raison de nombreux rendez-vous économiques à commencer par Baselworld ou le SIAMS à Moutier, faut-il en déduire que l’avenir passera par des salons plus petits ? « Dans un premier temps, il y aura une complémentarité », répond Philippe Crevoisier, « mais je pense que ce genre d’événements deviendra prioritaire aux grands salons ».

« C’est mieux qu’un vrai salon »

Crevoisier SA a injecté environ 100'000 francs pour son événement. « Cela signifie que la situation de l’entreprise est saine », explique Philippe Crevoisier, qui se dit « très optimiste pour l’avenir. Il faut arrêter de se morfondre sur le Covid-19. Les gens ont envie de repartir ».

« Oui, l’économie repartira »

Ajoutons encore que plusieurs tables-rondes axées sur la motivation au travail ont réuni des personnalités telles que le sélectionneur de football Bernard Challandes, le préparateur physique Jean-Pierre Egger ou encore Pascal Meyer, fondateur de Qoqa. /clo


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus