Les escrocs au placement sévissent

Près de 5 millions de francs auraient été volés cette année dans le canton de Berne par des ...
Les escrocs au placement sévissent

Près de 5 millions de francs auraient été volés cette année dans le canton de Berne par des groupes organisés d'arnaqueurs. La pression psychologique est leur premier atout

La police cantonale bernoise et le Ministère public chargé de la poursuite des infractions économiques avertissent la population. (Photo : archives) La police cantonale bernoise et le Ministère public chargé de la poursuite des infractions économiques avertissent la population. (Photo : archives)

Les escrocs au placement font des dégâts dans le canton de Berne. Près de 5 millions de francs auraient été dérobés depuis le début de l’année, selon un communiqué diffusé mercredi par la police cantonale bernoise et le Ministère public chargé de la poursuite des infractions économiques. Les auteurs promettent des rendements élevés et des bénéfices rapides sur de prétendues plateformes de commerce sur internet. Une arnaque qui repose avant tout sur la pression psychologique.


Trop beau pour être vrai

Et la manipulation s'exerce dès le début. Une fenêtre publicitaire à l’effigie d’une célébrité suisse de la musique sur un site qu’on vient d’ouvrir, et ce message : « Il échappe de peu à la faillite et fait ensuite fortune. » Le tout pour un investissement de base de quelques centaines de francs. Des rendements à deux chiffres sont garantis dans les plus brefs délais, de l’argent qui tombe du ciel. Mais la police cantonale avertit : tout cela est trop beau pour être vrai. Derrière le beau miroir s'activent des groupes organisés spécialisés dans la fraude au placement. La victime effectue un premier versement, elle reçoit parfois un bénéfice en retour, ce qui assoit la crédibilité des arnaqueurs, puis c’est la descente aux enfers. De faux conseillers augmentent la pression, ils appellent de plus en plus et poussent leur cible à investir encore et encore. Une pression psychologique dont il est parfois difficile de se défaire et qui peut mener à la ruine. La police bernoise enquête notamment sur des cas graves où la victime a payé jusqu’à plusieurs centaines de milliers de francs.


Se renseigner avant tout

Pour les enquêteurs, il est difficile de mettre la main sur les groupes d’escrocs qui agissent bien souvent depuis l’étranger. Les investigations sont longues et fastidieuses. Le meilleur moyen de se protéger reste la prudence. Une saine méfiance qui doit pousser tout un chacun à rechercher des informations sur les prestataires et produits. Des listes d’avertissements officielles existent également. /comm-oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus