Une aire de repos pour les oiseaux migrateurs

Des champs agricoles ont été inondés à Yverdon-les-Bains pour offrir une escale aux limicoles ...
Une aire de repos pour les oiseaux migrateurs

Des champs agricoles ont été inondés à Yverdon-les-Bains pour offrir une escale aux limicoles. D’autres projets du même type pourraient voir le jour ailleurs en Suisse

Le site se trouve à proximité de l'aérodrome d'Yverdon-les-Bains. Le site se trouve à proximité de l'aérodrome d'Yverdon-les-Bains.

Offrir une zone de repos aux limicoles durant leur périple vers l’Afrique. Un projet pilote a été développé en ce sens par l'association ‘Escales Limicoles – Agriculture’. Celui-ci propose d’inonder des champs agricoles, durant les périodes migratoires, afin de pouvoir héberger les petits échassiers plusieurs jours, et de leur offrir un endroit sûr où se reposer et se nourrir avant de poursuivre leur voyage vers le sud, en automne, ou le nord, au printemps.

Les limicoles recherchent particulièrement de grands espaces humides et dégagés leur garantissant un repos en toute sécurité. Un site répondant à ces critères a été identifié en périphérie de la Cité thermale. Il est utilisé dans le cadre de ce projet depuis 2015.

La Ville d’Yverdon en est propriétaire, mais loue ce terrain agricole de cinq hectares à un maraîcher local.

Christian Roulier, biologiste et coordinateur du projet :

Si ces relais peuvent accueillir une faune plus variée, les oiseaux limicoles sont spécialement privilégiés par ce type de site. En effet, ces échassiers sont des migrateurs au long cours, qui parcourent des milliers de kilomètres entre le nord de l’Europe ou la Sibérie, régions dans lesquelles ils se reproduisent, et l’Afrique du Nord, voire l’Afrique tropicale, où ils passent l’hiver. Ils ont ainsi besoin de plusieurs lieux où pouvoir faire escale.

Christian Roulier :

Les champs sont inondés durant trois mois. Soit du mois de mars au mois de mai pour la période printanière. Soit du mois d’août au mois d’octobre pour la période automnale. Le site accueille environ 80 à 100 individus par jour. Les effectifs peuvent varier au gré de la météo. Au total, 6'000 à 8'000 limicoles auront transité par le relais après 90 jours.

Photo : Pierre Iseli Photo : Pierre Iseli

L’association ‘Escales Limicoles – Agriculture’ a vu le jour en 2016 afin d’officialiser, de coordonner et de gérer le projet durant la période d’étude. Celle-ci se terminant en fin d’année, l’association est désormais en charge de trouver un deuxième lieu d’accueil pour les limicoles, notamment pour la période migratoire du printemps. Il n’est en effet pas possible, dans le contexte actuel, d’avoir deux inondations par année sur le même site. Ce dernier doit être libéré pour que les cultures puissent reprendre.

Pierre Iseli, cofondateur de l'association Escales Limicoles-Agriculture :

Ce type de projet est une première en Suisse, notamment par la collaboration très forte entre les agriculteurs, les défenseurs de la biodiversité et le propriétaire terrien, qui n’est autre que la Ville d’Yverdon. Selon Pierre Iseli, « c’est le seul moyen de réaliser de tels endroits. Toutes les parties concernées doivent être intéressées à la discussion et aucune ne doit être lésée ». Un accord entre la commune et le locataire a donc été nécessaire avec, à la clé, une indemnisation pour ce dernier.

Pierre Iseli :

L’association cherche désormais de nouveaux partenaires. Plusieurs cantons, dont Neuchâtel, auraient d’ores et déjà fait part de leur intérêt de réaliser des projets similaires dans leurs plaines alluviales. /dsa

Photo : Pierre Iseli Photo : Pierre Iseli


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus