Parcours d'obstacles pour le budget du canton

Les discussions ont commencé lundi au Grand Conseil bernois, au sujet du budget 2021. Il est ...
Parcours d'obstacles pour le budget du canton

Les discussions ont commencé lundi au Grand Conseil bernois, au sujet du budget 2021. Il est fortement combattu par la gauche

La session d'hvier du Grand Conseil bernois a commencé ce lundi, toujours à Bernexpo. (photo: archives) La session d'hvier du Grand Conseil bernois a commencé ce lundi, toujours à Bernexpo. (photo: archives)

Le budget 2021 du canton de Berne, face à de nombreux obstacles. Le Grand Conseil bernois a commencé sa session d'hiver lundi, avec un programme chargé. Présenté en août dernier, le budget prévoit un déficit de 685 millions de francs. Pour y remédier, le Conseil exécutif prévoit de réduire, reporter, ou supprimer plusieurs projets prévus l'année prochaine.


« Irresponsable »

Le principal défaut reproché au budget, c'est qu'il présente une baisse de la quotité d'impôts pour les personnes physiques et morales. Cette dernière découle d'une motion acceptée en début d'année, avant la crise sanitaire et financière. La gauche a vivement critiqué cet aspect, jugeant que c'était « irresponsable » d'entamer une année en temps de crise de cette manière. Le PS a tenté de renvoyer le budget, une proposition refusée par l'assemblée lundi après-midi.


D'autres obstacles

Les opposants n'ont en tout cas pas dit leur dernier mot, car deux motions en lien avec le budget sont encore au programme : l'une d'elle propose de renoncer à la réduction d'impôt prévue pour les personnes physiques, et l'autre d'augmenter la quotité pour les entreprises. Enfin, comme le budget est déficitaire, il doit être accepté par la majorité qualifiée pour passer la rampe, c'est à dire trois cinquièmes de l'assemblée (96 voix).


Shutdown

Lundi après-midi, la directrice des finances Béatrice Simon a exhorté les parlementaires à faire preuve de flexibilité : s’ils ne se mettent pas d’accord, le canton commencera l’année sans budget, et seules les dépenses indispensables seront possibles. Daniel Bichsel, le président de la commission des finances a averti : une telle situation provoquerait non pas un « lockdown » mais un « shutdown ». Les discussions reprennent mardi toute la journée à Bernexpo. /cbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus