Vols et stupéfiants lui vaudront peut-être l’expulsion

Il est accusé d’avoir commis plus d’une dizaine de vols et de s’être adonné à un trafic de ...
Vols et stupéfiants lui vaudront peut-être l’expulsion

Il est accusé d’avoir commis plus d’une dizaine de vols et de s’être adonné à un trafic de stupéfiants. Un homme a comparu lundi devant le Tribunal criminel à Boudry

L'homme a comparu devant le Tribunal criminel à Boudry lundi. L'homme a comparu devant le Tribunal criminel à Boudry lundi.

Vols et trafic de stupéfiants au menu du Tribunal criminel à Boudry. Un homme de 48 ans a comparu lundi matin devant la justice. Il est soupçonné d’avoir acquis et vendu du Crystal. Il devait aussi répondre de vols par métier, de dommages à la propriété et de violations de domicile, entre autres.

La procureure a qualifié le prévenu « d’attachant mais de cas désespérant ». L’homme est accusé d’avoir acquis plus de 800 grammes de Crystal et d’en avoir vendu environ 500 grammes, le solde ayant servi à sa consommation personnelle qui dure depuis 25 ans. Pour financer ses besoins de stupéfiants, l’homme est suspecté d’avoir commis une dizaine de vols entre avril et décembre 2019 dans les cantons de Neuchâtel et de Berne, à Saint-Blaise, à Thielle et à Bienne entre autres. Ces vols lui auraient permis d’obtenir plus de 58'000 francs en provoquant des dégâts à hauteur de 9'200 francs.

Pour le Ministère public, l’accusé a déjà eu la chance de se ressaisir, ayant bénéficié d’une cure après jugement, mais il a rechuté à la suite du décès de sa sœur. La procureure requiert ainsi 4 ans de prison et son expulsion du territoire suisse pour 5 ans. L’homme a déjà passé près d’une année en détention préventive. De son côté, l’avocate de la défense appelle les juges à renoncer à l’expulsion et à ordonner une nouvelle mesure thérapeutique pour son client.


L’enjeu du verdict tourne autour de l’expulsion

Pour le Ministère public, l’expulsion se justifie dans ce cas. À ses yeux, il s’agit d’infractions graves, principalement en matière de stupéfiants. La procureure a mis en avant l’ampleur et la répétition des délits, qui n’ont cessé qu’à l’arrestation du prévenu, évoquant aussi un risque de récidive. « L’homme se sert chez les autres pour financer sa consommation », a-t-elle résumé. Pour le Ministère public, un retour dans son pays d’origine, le Kosovo, permettrait peut-être au prévenu de couper les ponts avec le monde de la drogue. Ses liens avec la Suisse ne sont pas jugés suffisamment étroits pour justifier une exception à cette mesure.

L’avocate de la défense voit bien sûr les choses autrement. Elle a rappelé que son client a vécu près de 30 ans en Suisse, qu’il n’est plus retourné au Kosovo depuis 15 ans et que sa famille proche est à Neuchâtel. Pour elle, son client à de meilleures chances de s’en sortir ici avec le soutien de ses proches. Le verdict sera rendu jeudi. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus