Avenir incertain pour le Foyer de jour de Sonceboz

Le Foyer de jour Vallon à Sonceboz se démène pour garder la tête hors de l'eau. Entre la fonte ...
Avenir incertain pour le Foyer de jour de Sonceboz

Le Foyer de jour Vallon à Sonceboz se démène pour garder la tête hors de l'eau. Entre la fonte des subventions cantonales, la crise sanitaire et les demandes peu nombreuses, la fondation indépendante ne peut plus se projeter dans l'avenir 

Le Foyer de jour de Sonceboz rêve d'un avenir ensoleillée mais ses finances instables assombrissent les perspectives Le Foyer de jour de Sonceboz rêve d'un avenir ensoleillée mais ses finances instables assombrissent les perspectives

Le Foyer de jour Vallon lance un cri d’alarme. L’institution indépendante basée à Sonceboz propose depuis 2005 un accompagnement pour soutenir et offrir des soins journaliers aux personnes âgées de la région. Seule structure de ce type dans la région, le foyer voit depuis plusieurs années ses finances mises sous tension. Les mesures budgétaires du canton de Berne impactent directement le fonctionnement de l’institution comme nous explique son directeur, Abdel Zalagh : 

« On ne nous laisse pas une marge pour faire notre travail »

Difficultés à recruter

Outre la réduction des subventions cantonales, la fondation indépendante à but non lucratif doit aussi faire face à des difficultés pour trouver des nouveaux bénéficiaires. Paradoxalement le maintien des seniors à domicile tout en étant épaulés par des structures de jour est prôné par la politique cantonale du 3ème âge mais le Foyer de Sonceboz ne croule pas sous les demandes. Certaines personnes ou familles sont réticentes à l’idée de s’acquitter des 45.- journaliers pour bénéficier des prestations de soins, des animations et des repas de la structure.

La pandémie, le coup de plus

Comme tout le monde, l’institution a aussi été mise à mal par la crise sanitaire. Elle a dû fermer plusieurs semaines durant la première vague. Le Foyer de jour ne sait pas encore quel soutien il pourra obtenir pour combler cette diminution de recettes. Depuis le 4 novembre, le directeur a décidé de fermer à nouveau les portes de la fondation pour protéger les bénéficiaires et son personnel et surtout éviter à tout prix que les lieux puissent se transformer en foyer de contamination du coronavirus. Un service à domicile pour les repas et les soins est assuré au quotidien par l’équipe de l’institution et ce jusqu’à nouvel avis.

Le directeur ne perd pas pour autant sa motivation et espère que son cri d’alarme sera entendu par les instances cantonales. Il nous livre ce qu’il espère pour l’avenir. Adbel Zalagh :

« Il faut élaborer quelque chose pour le bien-être de nos aînés »

Le directeur Abdel Zalagh refuse de reporter les prix sur ses visiteurs pour faire face à la baisse des subventions cantonales Le directeur Abdel Zalagh refuse de reporter les prix sur ses visiteurs pour faire face à la baisse des subventions cantonales

Le Foyer de jour de Sonceboz – unique structure indépendante de la région- accueille depuis 15 ans des personnes âgées dans ses murs pour égayer leurs journées et leur prodiguer les soins nécessaires. L’institution s’occupe en moyenne d’une petite dizaine de seniors par jour domiciliés de Moutier à St-Imier en passant par Orvin. /nme



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus