Marché de Noël de Bienne presque comme d'habitude

La manifestation commence jeudi : s'il n'y aura pas de vin chaud ou de pain à l'ail dans la ...
Marché de Noël de Bienne presque comme d'habitude

La manifestation commence jeudi : s'il n'y aura pas de vin chaud ou de pain à l'ail dans la rue, deux chalets-restaurants seront ouverts aux visiteurs

Le marché de Noël de Bienne ne pourra pas proposer de vin chaud ou de sucreries à consommer dehors cette année. (Photo: archives - Georges Henz) Le marché de Noël de Bienne ne pourra pas proposer de vin chaud ou de sucreries à consommer dehors cette année. (Photo: archives - Georges Henz)

Le marché de Noël de Bienne commence jeudi 3 décembre. Lundi, la guilde de la rue de Nidau qui organise l'évènement en a présenté les grandes lignes. Le masque sera obligatoire vers les stands et dans la rue aux heures de pointe comme l'a annoncé la ville vendredi dernier. Autre nouveauté : cette année, la vente de nourriture et boissons à consommer sur place n'est pas autorisée dans le canton de Berne. Donc pas de vin chaud sous le sapin de la Place Centrale, et pas non plus de saucisse de sanglier à la cabane bûcheronne de la Bourgeoisie de Bienne. Celle-ci sera d'ailleurs absente de cette 28e édition, faute d'avoir pu élaborer un concept d'hygiène. Les organisateurs ont donc dû trouver des solutions pour remplacer une douzaine de stands : l'édition 2020 du marché de Noël comptera au final 68 cabanes, soit seulement trois de moins que l'année dernière, comme l'explique Peter Schmid, président de la guilde de la rue de Nidau :

Il y aura tout de même du vin chaud !

Le marché de Noël 2020 compte deux chalets-restaurants : le « Chalet Palace », sur la Place Centrale, et le « Gipfeltreff », situé au croisement entre la rue de Nidau et la rue Dufour, là où se trouve normalement la Bourgeoisie. Ces deux établissements sont soumis aux directives actuelles des restaurants bernois. « Ce n’est pas un bar ‘après-ski’ », assure Dieter Aeschbach, le responsable du « Gipfeltreff ». « Notre concept d’hygiène va encore plus loin que ce qu’exigent les autorités cantonales », explique-t-il. L’entrée et la sortie sont séparées, et un agent de sécurité se chargera de contrôler le nombre de clients, et le respect des mesures. Andreas Eigenheer, qui s’occupe du « Chalet Palace » se réjouit quant à lui de pouvoir ouvrir son établissement même si les directives sont strictes : « c’était une année tellement difficile pour tout le monde. Venez boire un vin chaud ! »


Pertes en vue

Les vendeurs de nourriture ou de boissons paient une location plus chère que les artisans lorsqu'ils participent au marché de Noël de Bienne. Leur absence représente une perte d'environ 20% des revenus de la guilde. « Nous ne faisons pas ça pour gagner beaucoup d’argent », dit Peter Schmid. « Nous espérons que les visiteurs du marché de Noël viendront aussi dépenser leur argent dans les magasins du centre-ville ». Rappelons que la guilde de la rue de Nidau est composée de nombreux gérants de boutiques. Et Peter Schmid espère aussi que les habitants d'autres cantons, qui n'auront pas forcément de marché de Noël, se déplacent jusqu'à Bienne.

Toutes les informations sur l'évènement ici. /cbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus