Loi sur l'école obligatoire : premiers pas vers la révision

Le Grand Conseil bernois a accepté mercredi les modifications en première lecture.
Loi sur l'école obligatoire : premiers pas vers la révision

Le Grand Conseil bernois a accepté mercredi les modifications en première lecture

La directrice de l'Instruction publique, Christine Häsler. (Photo: archives) La directrice de l'Instruction publique, Christine Häsler. (Photo: archives)

Le Grand Conseil avance sur la modification de la loi sur l’école obligatoire (LEO). Les députés ont accepté mercredi cette révision en première lecture, après une journée presque complète de débats. Le canton de Berne se dirige vers des changements mineurs du texte, même si la droite en aurait préféré autrement.


Pas de révolution

S'il a régulièrement été mis à jour au fil des ans, le texte initial date de 1992. Dans cette révision, une élue UDC a par exemple déposé un amendement en vue du retour des examens pour passer en secondaire. Proposition largement balayée, à 115 voix contre 13. Les agrariens ont aussi demandé que les bulletins d’école enfantine soient délivrés seulement au bout de la deuxième année, au lieu des six mois actuels. Là aussi, un revers à 92 non contre 34 oui et 7 abstentions : la majorité des députés a préféré le suivi régulier. La directrice de l'instruction publique Christine Häsler a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un carnet de note au sens strict, mais d'un entretien avec les parents des enfants.


EJC payée par les parents les plus aisés

Le thème des écoles à journée continue (EJC) a aussi été longuement abordé. Le groupe UDC a proposé de faire passer de 10 à 15 le nombre de demandes nécessaire pour ouvrir une telle structure. La majorité de l’assemblée a craint de voir l’offre des EJC devenir moins attractive, elle a donc rejeté cet amendement à 91 voix contre 48, et une abstention. Autre amendement agrarien :  à partir de 120’000 francs de revenus net, ce sont les parents qui devront payer l’école à journée continue. Une proposition acceptée de justesse, à 71 voix contre 67, et une abstention. A ce sujet, le PS a regretté de ne pas être au complet en raison de cas de Covid 9 et de quarantaines. Le bureau du Grand Conseil a assuré au groupe parlementaire que lors d’un résultat serré, il serait possible de revoter sur un article lors de la deuxième lecture, ce qu'espère les socialistes.


Pourquoi changer ce qui fonctionne?

Dans ses réponses aux différents débats, Christine Häsler a régulièrement défendu le système actuel, qui selon elle fonctionne. La conseillère d’Etat a systématiquement appelé à refuser les modifications qui ne répondaient pas à un problème existant. Mercredi, le Grand Conseil bernois a aussi débattu de la liberté de choix de l'école pour les élèves talentueux et des horaires en bloc à l'école enfantine.

Après l'instruction publique, ce sera au tour de la direction de la sécurité de poursuivre le programme jeudi, pour le dernier jour de la session d'hiver. /cbe




Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus