Pas de privilèges pour les jeunes talents

Le Grand Conseil bernois a rejeté mercredi l’idée de la liberté de choix de l’école pour les ...
Pas de privilèges pour les jeunes talents

Le Grand Conseil bernois a rejeté mercredi l’idée de la liberté de choix de l’école pour les élèves qui s'illustrent en art ou en sport

Les jeunes talents du sport ou de la culture ne pourront pas choisir librement leur école. (Photo: archives) Les jeunes talents du sport ou de la culture ne pourront pas choisir librement leur école. (Photo: archives)

Les jeunes talents du canton de Berne ne seront pas privilégiés. Le Grand Conseil bernois a traité ce mercredi de la modification de la loi sur l’école obligatoire, en première lecture. Une proposition demandait que les élèves talentueux dans les disciplines sportives ou artistiques puissent choisir librement leur école grâce à des bons. Les députés ont dit non.


Injustice

La proposition provient du PLR Daniel Arn. Il a souligné que le libre choix de l’école ne concernait qu’un petit nombre d’élèves, à savoir 700 sur 106'000. Le processus serait bénéfique aux parents selon lui, qui pourraient choisir le lieu de formation notamment selon sa proximité. Les UDC se sont ralliés à cet avis. La gauche, elle, a fermement milité contre l’idée : petit nombre ou pas, ce serait remettre en question le système actuel. En découlerait des complications pour les communes, et surtout une injustice entre les élèves. A la tribune, plusieurs élus ont parlé au nom de leurs intérêts personnels : les socialistes Andreas Zryd, responsable de bernsport, et Nicola Von Greyerz, présidente de l’association bernoise des écoles de musique (ABEM), se sont exprimé contre le libre choix de l’école pour les élèves talentueux. La directrice de l’instruction publique Christine Häsler, a quant à elle défendu une école publique forte, qui se montre égale avec tous les enfants. Les députés ont donc écouté les arguments de leurs collègues de gauche et de la conseillère d’état écologiste : ils ont rejeté la proposition par 79 voix contre 55.


Horaires blocs

La loi cantonale sur l’école obligatoire stipule que les cours se donnent sous forme d’horaires blocs, avec au moins quatre leçon par matinée. Les élus ont balayé mercredi l’idée d’une dérogation pour l’école enfantine. Sabina Geissbühler-Strupler, porteuse du projet, s’est appuyé sur des chiffres de la direction de l’instruction publique selon lesquels 70% des petits enfants seraient surmenés à l’école. « Ils sont confrontés à des problèmes d’adultes comme les troubles alimentaires et même la dépression », a-t-elle expliqué à la tribune. Mais plusieurs voix se sont élevées contre la suppression des leçons en blocs à l’école enfantine : « ces horaires ont été introduits pour que les parents puissent concilier vie familiale et professionnelle. Ce serait un retour en arrière s’ils n’étaient plus en vigueur ». Les parlementaires ont finalement rejeté la proposition, par 95 voix contre 51. /cbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus