Valbirse investit

Le Conseil général de la commune mixte s’est réuni pour la première fois de l’année lundi soir ...
Valbirse investit

Le Conseil général de la commune mixte s’est réuni pour la première fois de l’année lundi soir. Il a accepté de rénover et d’agrandir les locaux de l’administration communale et de céder la piscine couverte de l’Orval à une future société anonyme. Le nouveau budget 2021 a lui été accepté

L'administration communale de Valbirse fera peau neuve. (Photo: archives) L'administration communale de Valbirse fera peau neuve. (Photo: archives)

Des discussions constructives au Conseil général de Valbirse. Lundi soir pour sa première séance de l’année, le législatif de la commune mixte s’est attelé à un gros dossier : l’agrandissement et la rénovation du bâtiment de l’administration communale. C’est un crédit de 825'000 francs que le Conseil général devait approuver pour non seulement rénover les locaux actuels, mais aussi les agrandir.

Il a donc suscité de nombreuses questions des différents groupes, notamment de savoir si en engageant cette somme pour ces travaux aujourd’hui, cela garantissait que dans les prochaines années, aucun frais supplémentaire ne serait demandé pour l’administration communale. Le maire Jacques-Henri Jufer, épaulé de l’architecte qui a réalisé les plans, a consenti que la dépense est grande mais a relevé que ce plan permettait de voir sur du long terme et qu’il ne souhaitait pas proposer de « faire du sparadrap ». Les élus ont donc accepté par 18 pour et 10 contre ce crédit. L’administration communale de Valbirse fera donc peau neuve. 

Piscine couverte de l’Orval SA

La piscine couverte de l’Orval sera reprise par une société anonyme. Le Conseil général de Valbirse a accepté de céder la piscine couvert à une nouvelle SA. C’était la dernière des futures communes membres à devoir se prononcer. Une décision prise à l’unanimité des 29 élus présents à la première séance de l’année. Ce qui réjouit le maire de Valbirse, Jaques-Henri Jufer :

Le nouveau budget passe la rampe

Refusé lors de la première présentation en novembre, le budget 2021 a cette fois été accepté. Il planche sur un déficit d'un peu plus de 564'000 francs. La quotité d'impôt reste inchangée, à 2.0, mais le taux de la taxe immobilière va passer de 1,4 à 1,5‰. Plusieurs autres changements ont dû être effectués à la demande du législatif. Pour arriver à convaincre les élus, le projet d'un journal d'information de la commune a été reporté et les augmentations de salaire du personnel communal ont été supprimées. Deux mesures qui n'ont pas laissé les élus de la liste libre de marbre: ils ont demandé que l'idée du journal ne soit pas totalement abandonnée et ils ont déposé un amendement pour rétablir l'augmentation de 0,5% du salaire des employés de la commune. Amendement que le Conseil général a approuvé. L'excédent de charge final du budget sera donc quelque peu différent qu'annoncé. 

Couac de règlement

Alors que la séance touchait à sa fin, le dernier objet devant se soumettre à un vote a forcé le bureau du Conseil général et son nouveau président Pascal Flotron à se replonger dans le règlement. Le législatif devait alors se prononcer sur trois propositions de la commission Bien Vivre à Valbirse relative au projet de création d’une place du village. Le premier, demandant l’étude par le Conseil communal de différents scénarios, a récolté douze voix pour, six contre et onze abstentions. Le second, demandant la création d’un groupe de travail, a lui récolté neuf voix pour, cinq voix contre et quatorze absentions. La majorité absolue se situant à quinze, le président du Conseil général a tout d’abord annoncé que ces deux objets étaient refusés. Mais la majorité n’ayant pas non plus été obtenue dans le camp des contre, il a fallu relire le règlement. Après cinq minutes d’interruption de séance, le président a annoncé qu’il y avait un article qui avait été complété et quelque peu modifié en juin 2019 et qu’ainsi il était également possible d’approuver un objet si la majorité des votants était atteinte. Cela signifie qu’en raison des nombreuses abstentions, les deux points devraient être acceptés. Un élu a alors proposé de revoter en connaissance de cause, avant de se rétracter, un autre a demandé le report complet du point et un dernier a proposé tout simplement de conserver ce vote et donc d’accepter les deux objets déjà soumis au vote, solution qui a été choisie par la majorité des élus. Le troisième objet a ensuite été refusé, à savoir la possibilité que les citoyens puissent proposer leurs idées au travers d’un concours.

Le président du Conseil général a annoncé que ce point de règlement devra être, très rapidement, revu afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise. /lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus