Bienne : la pétition a séduit

La semaine dernière, plus de 1'200 personnes demandaient la sauvegarde d’un espace vert, menacé ...
Bienne : la pétition a séduit

La semaine dernière, plus de 1'200 personnes demandaient la sauvegarde d’un espace vert, menacé par un projet immobilier. Mercredi soir, le Conseil de ville les a entendues

Le petit parc du chemin de la Passerelle à Bienne ne sera pas détruit. (Photo : Youtube/przewalski horse). Le petit parc du chemin de la Passerelle à Bienne ne sera pas détruit. (Photo : Youtube/przewalski horse).

Une pétition met un projet immobilier en pause à Bienne. Mercredi soir, le Conseil de ville devait se prononcer sur un projet englobant plusieurs transactions concernant des zones à bâtir. L’une d’entre elles, située au chemin de la Passerelle, a mis l’ensemble du dossier dans l’impasse. Sur cette parcelle se trouve un parc ainsi qu’un jardin communautaire appelé « Arbre à palabres ». La semaine dernière, une pétition a été remise aux autorités biennoises, munie de plus de 1'200 signatures afin de sauvegarder cet espace vert. Les parlementaires y ont apparemment été sensibles, puisqu’ils ont rejeté le projet par 29 voix contre 21, et 7 abstentions. Silvia Steidle, directrice des finances de la ville de Bienne, a regretté ce vote. Elle a rappelé à l’assemblée que le terrain en question reste une zone à bâtir :

« Ce n’est pas parce que du gazon pousse sur un terrain que celui-ci devient un parc public »

Les transactions immobilières concernées par le projet sont donc désormais à l’arrêt.


Extenstion possible à Boujean

Un autre projet immobilier a quant à lui fait l’unanimité au Conseil de ville mercredi : celui de racheter un immeuble situé à la route de Soleure pour 1,27 millions de francs. Cet achat permettra de construire une extension à l’école de Boujean lorsque la situation l’exigera.


Oui quasi unanime à FocusTravail

Les parlementaires ont aussi dit un « oui » quasi unanime au projet pilote de l’aide sociale, FocusTravail. Un concept « innovant » et « audacieux », salué à gauche comme à droite. Certains groupes ont toutefois émis quelques réserves : le PRR a reproché que le canton de Berne ne participe pas au financement de l’expérience. Les Verts ont quant à eux qualifié l’idée de « principe de l’arrosoir » : la fraction a soutenu le projet pilote, mais avec quelques abstentions. Beat Feurer a quant à lui rappelé qu’on parle de personnes en difficultés. « Nous sommes tous élus par la population. Pouvons-nous vraiment comprendre ce que ça signifie de vivre dans une toute autre réalité ? J’en suis convaincu, et les discussions de ce soir m’ont démontré que vous aussi », a déclaré le directeur de l'action sociale.


Feu vert pour le X-Project

Enfin, le Conseil de ville de Bienne a accepté les subventions et le contrat de prestations 2021-2022 pour le X-Project. Une somme de près de 400'000 francs, dont presque les trois quarts iront au loyer des locaux désormais situés à la rue de la Course 62. « C’est un projet extrêmement important à Bienne », a rappelé Glenda Gonzales-Bassi, la directrice de la culture. Les élus ont donc validé ce nouveau contrat de prestations à l’unanimité. La séance du Conseil de ville reprend jeudi. /cbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus