La mobilité fait avancer les débats

Cyclistes, zones piétonnes et poids-lourds : des thèmes qui ont occupé une bonne partie des ...
La mobilité fait avancer les débats

Cyclistes, zones piétonnes et poids-lourds : des thèmes qui ont occupé une bonne partie des débats du Conseil de ville de Bienne jeudi soir. Résumé de la séance

Les élus biennois ont parlé de rendre la vieille ville piétonne. (Photo : archives - Ville de Bienne) Les élus biennois ont parlé de rendre la vieille ville piétonne. (Photo : archives - Ville de Bienne)

La mobilité a occupé la majeure partie de la séance du conseil de ville de Bienne jeudi soir. Le groupe UDC/les Confédérés demandait plus de contrôles pour les cyclistes, les Verts demandaient plus de sanctions pour les voitures bruyantes. La réponse du municipal était en substance la même pour les deux postulats : c’est du ressort de la police cantonale, qui procède déjà à des opérations ciblées. Le texte concernant les cyclistes a été classé. Celui sur les nuisances sonores des moteurs devra être traité par l’exécutif.


Vieille ville piétonne

Autre postulat qui a occupé les discussions : « Une vieille ville sans voitures ». « Pourquoi n’est-ce pas déjà le cas ? » a demandé Peter Heiniger (POP), l’auteur du texte. Il estime que cette mesure rendrait le quartier plus attractif. Le reste de la gauche a soutenu le texte. « Les bienfaits de la piétonisation sur la santé, la vie locale et l’écologie ne sont plus à démontrer », a déclaré Naomi Vouillamoz (les Verts). La fraction PRR était perplexe : plusieurs rues sont à sens unique, et une zone 20km/h est en place à la rue Haute. Des mesures qui répondent déjà largement à la question selon Maurice Paronitti. Le chef du groupe parlementaire des Radicaux Romands a appelé à classer le postulat. Mais la majorité en a décidé autrement, en l’acceptant.


Route de Reuchenette et Place Centrale

Les élus se sont penchés sur une interdiction des camions à la route de Reuchenette. Là, peu de discussions, mais un constat : la moitié de cette rue est du ressort du canton, et la réalisation de cette idée s’annonce compliquée. Le conseil municipal s’est toutefois dit prêt à approfondir la question. Enfin, un postulat déposé par Denis Briechle (pvl) demandait d’étendre la zone 20km/h de la Place Centrale. Le Conseil municipal, rejoint par la majorité, s’est dit ouvert à étudier la question. Il a indiqué que des travaux devaient avoir lieu, sans toutefois disposer d’un délai concret.


Le voile s’invite

En fin de séance, les élus biennois ont traité une interpellation déposée par Mohamed Hamdaoui (PDC) et Luca Francescutto (UDC) qui priait le Conseil municipal de répondre à plusieurs questions concernant le voile à l’école, dans le cas d’une élève de 10 ans. Le débat fut bref mais vif : les agrariens Luca Francescutto et Olivier Wächter se sont suivis à la tribune, évoquant une problématique pour les cours de gym, l’extrémisme, et militant au passage en faveur de l’initiative fédérale du 7 mars sur l’interdiction de la burqa. « En tant que féministe, je vous prie d’arrêter d’édicter des règlements sur ce que nous portons, devons porter, ou ne devons pas porter, merci ! », leur a envoyé Manon Cuixeres (PS/JUSO). La directrice de la formation Glenda Gonzales-Bassi a recadré le débat et mis fin aux discussions : « Il n’est pas question ici d’attitude ou d’extrémisme. La réponse est claire : nous n’avons pas l’autorité d’exiger que les enfants ne portent pas le voile à l’école. Il n’y a pas lieu d’intervenir si l’activité scolaire est garantie ».

A noter que le Conseil de ville a largement rattrapé son retard : les élus ont clos la deuxième soirée avant 20h30, en ayant terminé le programme de février. De quoi laisser la place aux discussions sur AGGLOlac prévues lors de la séance de mars.

Vous trouverez le résumé de la séance de mercredi sur ce lien. /cbe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus