Votations fédérales : les positions des partis régionaux

Les sections locales des partis politiques du Jura bernois ont émis leurs recommandations en ...
Votations fédérales : les positions des partis régionaux

Les sections locales des partis politiques du Jura bernois ont émis leurs recommandations en vue des votations fédérales du 7 mars prochain. Tour d’horizon

Les Bernoises et les Bernois voteront sur 3 sujets fédéraux le 7 mars prochain. (Photo : Keystone). Les Bernoises et les Bernois voteront sur 3 sujets fédéraux le 7 mars prochain. (Photo : Keystone).

Les Suisses se rendront aux urnes dans un peu plus d’une semaine. Trois objets sont soumis au peuple lors de ces prochaines votations fédérales du 7 mars. Il s’agit de l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage, la loi sur les services d’identification électronique ainsi que l’accord de partenariat économique avec l’Indonésie. Les partis de la région sont évidemment sensibles à ces votations. Certains ont d’ailleurs émis leurs recommandations. Tour d’horizon avec les partis de la région.


Triple OUI pour l’UDC

L’UDC Jura bernois encourage à glisser un triple OUI dans les urnes le 7 mars. Il estime que l’accord de libre-échange avec l’Indonésie ouvrira de nouvelles perspectives pour la région. Concernant l’identité numérique, le parti agrarien régional rappelle que le projet offre de la sécurité et que la création d’un profil numérique reste facultatif. Concernant l’interdiction de se dissimuler le visage, le parti considère que le fait de se couvrir intégralement la figure n’est pas compatible avec les valeurs de notre société.


Triple NON pour le PS et le PSA

Le parti socialiste du Jura bernois recommande trois NON pour ces scrutins fédéraux. Il juge que l’initiative – qu’il nomme – « anti-burka » est hypocrite, car elle soulève un problème qui n’existe pas vraiment en Suisse. Au sujet de l’e-passeport, le PSJB considère que les données privées des citoyen-n-es ne doivent pas être commercialisées, en les mettant aux mains d’entreprises privées. Et concernant, l’accord avec l’Indonésie, il est rejeté par une majorité des membres régionaux qui estime que la prise en compte des enjeux environnementaux n’est pas suffisante.

Le parti socialiste autonome suit la même ligne du triple NON considérant l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage comme raciste et antiféministe. Pour l’e-ID, il juge que c’est une tâche qui doit rester sous la responsabilité de l’Etat enfin pour ce qui est de l’Indonésie, le PSA considère que la Suisse ne doit pas favoriser la surexploitation de l’huile de palme, ce pays étant le plus gros producteur.


Triple OUI pour le PLR

Le Parti Libéral-Radical du Jura Bernois recommande, lui, de glisser trois OUI dans les urnes. Selon lui, l’initiative « oui à l’interdiction de se dissimuler le visage » permet de faire respecter les mœurs et les traditions religieuses suisses. Il encourage également à accepter l’accord de libre-échange avec l’Indonésie qui est « une avancée primordiale pour notre économie nationale ». En ce qui concerne l’e-ID, c’est OUI également. Le PLR Jura bernois estime que cette nouvelle loi répond aux nécessités sécuritaires lors de transactions numériques.


Triple NON pour les Verts

Les Verts du Jura bernois recommandent le triple NON. Concernant l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage, le parti écologiste estime que la question est « tordue » et qu’il s’agit d’« un mauvais jeu politique dans lequel nous avons tous à y perdre ». Pour l’accord avec l’Indonésie, les Verts estiment que le compromis présente un effet délétère sur l’agriculture et la santé en général. Enfin, au sujet de passeport électronique, les membres régionaux suivent la ligne de la section cantonale. Ils estiment que le fait de délivrer des moyens d’identification doit rester une tâche étatique et ne doit pas être confié à des entreprises privées.


Deux NON et un OUI pour le PEV

Le Parti évangélique du Jura bernois, de son côté, recommande de refuser l’initiative « anti-burka » car le problème est marginal selon lui. Il milite aussi pour un refus à l’accord avec l’Indonésie considérant qu’il sera impossible de respecter les critères de durabilité promis par le document. Par contre, c’est un OUI que le PEV appelle à glisser dans les urnes pour le passeport électronique, il comprend certaines craintes mais estime que ce profil numérique facilitera les démarches en ligne et permet à la Suisse de suivre le train du numérique. /nme-nmy


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus