Page de vie : Céline Mercier

La maladie a fauché son avenir mais elle ne se laisse pas abattre par le destin.
Page de vie : Céline Mercier

La maladie a fauché son avenir mais elle ne se laisse pas abattre par le destin

Céline Mercier aime se ressourcer dans l'ambiance agricole, un milieu dans lequel elle aurait voulu évoluer sur le plan professionnel. (photo: Céline Mercier) Céline Mercier aime se ressourcer dans l'ambiance agricole, un milieu dans lequel elle aurait voulu évoluer sur le plan professionnel. (photo: Céline Mercier)

Céline Mercier avait 23 ans quand elle a appris qu’elle était atteinte de la maladie de Charcot. Cette Prévôtoise, aujourd’hui à l’aube de ses 26 ans, a déjà dû faire le deuil de sa maman et son grand-papa, tous deux emportés par ce même mal neurologique et incurable. Après une première formation d’assistante vétérinaire, c’est dans une ferme à Movelier qu’elle a souhaité se confier sur les pages de sa vie. Elle nous explique l’importance de ce lieu pour elle : 

« Je crois que ça ne s’accepte jamais mais on apprend à vivre avec » 

Céline Mercier a dû faire une croix sur son rêve de devenir un jour ingénieure agronome. La sclérose latérale amyotrophique dont elle souffre la prive peu à peu de l'usage de ses nerfs et ses muscles.  Malgré un avenir sombre, elle veut faire connaitre sa maladie. Elle a même pris part récemment à un concours de beauté « Miss agricole Romandie » pour médiatiser la cause. Pour la jeune Prévôtoise, il est capital d’évoquer la maladie sans aucun tabou :

« Demander à mon papa de pousser ma chaise roulante, c’était l’enfer »  

Céline Mercier répondait à Natacha Mengoli. /nme 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus