L’hermine se porte bien

C’est une petite boule de poils qui ravit les promeneurs et les agriculteurs.
L’hermine se porte bien

C’est une petite boule de poils qui ravit les promeneurs et les agriculteurs

L’hermine se laisse facilement observer quand elle est encore blanche. (Photo : Pierre Boillat). L’hermine se laisse facilement observer quand elle est encore blanche. (Photo : Pierre Boillat).

Elle ne passe pas inaperçue. L’hermine porte encore son pelage blanc d’hiver ce qui la rend bien visible ces derniers jours. De plus, en cette période de reproduction, les mâles recherchent activement des femelles. Les observations dans les prairies vont donc bon train, surtout que les populations d’hermines se portent bien. Le mustélidé, qui se nourrit exclusivement de campagnols, profite de la pullulation de ce rongeur. Toutefois cette espèce protégée fluctue énormément en fonction de la présence de sa proie. De plus, comme l’indique l’inspecteur de la faune du canton du Jura, Amaury Boillat, le taux de mortalité des jeunes est assez important. Enfin, cet animal a besoin pour se cacher et pour faire son nid de haies, d’herbage ou encore de cordons boisés.


Construire un nid d’hermine

L’intensification agricole présente donc une menace pour ce mustélidé. Les observations au niveau suisse du Réseau Hermine tendent à confirmer que les populations baissent dans les zones d'exploitation agricole intensive. Dans le cadre de la lutte contre les campagnols, la Fondation rurale interjurassienne encourage depuis quelques années la construction de structures pour les hermines. A travers les réseaux écologiques, les paysans sont invités à déposer des tas de branches et de cailloux. L’hermine peut ainsi s’y abriter et poursuivre sa chasse aux campagnols. Le conseiller agricole Yann-David Varennes précise que l’hermine craint plus le « propre en ordre helvétique » que l’exploitation agricole. 

Le Parc régional du Doubs mène un projet similaire. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus