Le concours du pâturage boisé de l'année est lancé

Les participants ont jusqu’au 25 mai pour s’inscrire au concours qui vise à récompenser le ...
Le concours du pâturage boisé de l'année est lancé

Les participants ont jusqu’au 25 mai pour s’inscrire au concours qui vise à récompenser le travail des exploitants de pâturages boisés

La commission des pâturages boisés du Jura bernois a présenté vendredi la dixième édition de son concours. La commission des pâturages boisés du Jura bernois a présenté vendredi la dixième édition de son concours.

« Le but est de récompenser le travail accompli par les propriétaires et les exploitants de pâturages boisés. » Ce sont les termes utilisés par Lucien Blaser, secrétaire de la commission des pâturages boisés du Jura Bernois, concernant le concours organisé par cette collectivité. La compétition est d’ailleurs lancée. Les participants ont jusqu’au 25 mai pour s’inscrire. Actuellement, six personnes font partie de l’aventure. Pour Lucien Blaser, ce concours a surtout pour but de mettre en valeur les pâturages boisés qui font office « de carte de visite » dans une région comme la nôtre. En effet, 32% du territoire du Jura bernois est occupé par ces vastes étendues.

Lucien Blaser : « Il y a quatre principaux aspects »    

Une évaluation critique

Pour être sacré gagnant de ce concours, il faut répondre à quatre critères. Un jury composé d’experts va se rendre à deux reprises sur les lieux pour mettre des notes sur tout ce qui touche à l’agriculture, la sylviculture, la nature et le tourisme. Les exploitants pourront marquer un maximum de 25 points dans chaque catégorie. Le terrain le mieux noté se verra remettre un prix avoisinant les 1'500 francs. Mais pour Lucien Blaser, « le plus important, c’est la reconnaissance du travail accompli et la fierté d’avoir reçu ce prix ».

Une année sur deux

Il s’agit de la dixième édition de ce concours dans le Jura bernois. Habituellement, il avait lieu chaque année, mais « en raison du nombre de participants », les organisateurs ont décidé de le mettre en place tous les deux ans. Cette année est réservée aux pâturages boisés en estivage. Selon Lucien Blaser, il est plus facile de trouver ce type de participants. Pour l’heure, ils ne refusent aucune candidature, mais s’il devait y en avoir trop à l’avenir, les membres de la commission devront en éliminer. La raison est simple : « l’évaluation prend beaucoup de temps ». /lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus