UDC bernoise : Manfred Bühler vise la présidence

Le maire de Cortébert et ancien conseiller national a décidé de faire acte de sa candidature ...
UDC bernoise : Manfred Bühler vise la présidence

Le maire de Cortébert et ancien conseiller national a décidé de faire acte de sa candidature à la tête du parti cantonal. L'élection est prévue le 29 juin

Manfred Bühler souhaite notamment renforcer les liens entre les régions linguistiques du canton. (Photo : archives) Manfred Bühler souhaite notamment renforcer les liens entre les régions linguistiques du canton. (Photo : archives)

Manfred Bühler vise la présidence de l'UDC bernoise. Le maire de Cortébert et ancien conseiller national a confirmé sa candidature, selon une annonce faite mardi matin par l'UDC Jura bernois. Selon la section, l'avocat de 42 ans « dispose de toutes les qualités requises » de par son expérience politique et sa parfaite maîtrise du français et de l'allemand. Manfred Bühler souhaite renforcer les liens entre les régions linguistiques du canton de Berne et consolider la place de premier parti de l’UDC dans le canton.

Réuni en fin de semaine, le comité directeur de l’UDC Jura bernois apporte son soutien « unanime et enthousiaste » à la candidature de Manfred Bühler. L’élection est prévue lors d’une assemblée des délégués le 29 juin prochain.

Manfred Bühler : « Il n’y a rien de plus détestable que le syndrome du minoritaire qui se plaint »

Une suite logique

Après neuf ans en tant que vice-président de l’UDC bernoise, il paraissait « assez naturel » pour Manfred Bühler de se présenter à la présidence. Mais l’avocat de 42 ans ne le fait pas essentiellement pour lui. « C’est aussi important pour le Jura bernois ». Manfred Bühler, s’il est élu, prendra à cœur de « renforcer le bilinguisme et les échanges entre les régions linguistiques mais aussi la compréhension mutuelle » entre ces dernières. Il n’a donc pas peur de se présenter face à des adversaires suisse-allemands. D’ailleurs, pour lui, « il n’y a rien de plus détestable que le syndrome du minoritaire qui se plaint » même si les francophones sont beaucoup moins nombreux dans le canton. Manfred Bühler affirme que si le travail est fait avec « sérieux », tout le monde est respecté de la même manière. Enfin, L’ancien conseiller national « n’exclut pas de se présenter » en 2022 aux cantonales bernoises. L’élection à la tête de son parti serait donc bénéfique. /comm-oza-lge

Manfred Bühler : « Je ne crois pas qu’il s’agit de relancer une carrière politique »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus