Bientôt des repas bio à l’école

Bienne a présenté le règlement pour l’initiative sur l’alimentation saine. Celle-ci prévoit ...
Bientôt des repas bio à l’école

Bienne a présenté le règlement pour l’initiative sur l’alimentation saine. Celle-ci prévoit des plats locaux, de saison et bio dans les crèches et les écoles. Le Conseil de ville et le peuple devront se prononcer

Les élèves biennois auront peut-être bientôt des repas bio, locaux et de saison à l'école. (Photo : archives) Les élèves biennois auront peut-être bientôt des repas bio, locaux et de saison à l'école. (Photo : archives)

A Bienne, le règlement sur l’alimentation saine entre dans sa dernière phase : il doit être approuvé par le Conseil de ville le 20 mai prochain. En cas d’acceptation, ce sera au peuple de se prononcer dans les urnes en septembre. Les autorités ont présenté les grandes lignes mardi matin.


Un dossier de presque 10 ans

« Pour une alimentation saine » était à l’origine une initiative communale lancée en 2014 par Les Verts et Passerelle. Le but était de proposer une nouvelle solution à la fin du contrat passé avec une société bâloise, en 2015. En 2016, le texte est retiré car le Conseil de ville a adopté les principales revendications des initiants dans le règlement de la ville. L’idée est d’abord de faire appel à une société externe, qui utiliserait les cuisines du Palais des Congrès. Problème : la firme en question n’aurait qu’un contrat à renouveler. Le Conseil municipal de l’époque trouve alors plus avantageux d’élaborer une solution publique, dans les cuisines du home Redern. En 2020, le législatif accepte cette solution. Il devra une nouvelle fois se prononcer le 20 mai prochain, et enfin, le peuple aura le dernier mot. La mise en œuvre commencera alors en 2023.


Des repas toujours à huit francs

La ville de Bienne va investir plus de huit millions de francs pour mettre en place ce règlement. L’argent ira pour adapter la cuisine du Redern, qui fournira une partie des écoles à journée continue (EJC) et des crèches en plus des pensionnaires de l’EMS. Les repas seront directement refroidis après avoir été préparés, et les écoles et crèches doivent disposer du matériel adéquat pour les stocker et les régénérer, selon un système appelé « Cook and chill », qui préserve les nutriments. Les cuisines de douze établissements devront donc être adaptées. Mais Glenda Gonzales Bassi, la directrice de la formation, l’assure : les repas ne coûteront pas plus cher :

« Le prix de huit francs est garanti »

Un prix qui peut notamment être garanti par le fait que le nouveau règlement permettra de cuisine plus de repas qu’à l’heure actuelle. A noter que la ville de Bienne dépensera entre un million et un million et demi de francs dans l’agriculture locale.


Bio, autant que possible

Les plats qui sortiront des cuisines du Redern et des établissements scolaires devront être fait avec des produits de saison, qui viennent d’un rayon de 35km, et bio. Pour garantir ces conditions, la cité seelandaise entend collaborer avec la faîtière Bio Suisse. Glenda Gonzales Bassi précise que la proportion de produits issus de l’agriculture biologique a été fixée à 60% :

« Du 100% bio, ce n’est pas réaliste »

La directrice de la formation est d’ailleurs confiante pour la séance du Conseil de ville du 20 mai, puisque la majorité des détails de la mise en œuvre ont déjà été débattus. /cbe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus