« C’est une opportunité incroyable pour lancer un nouveau projet »

Mis à l'arrêt par la pandémie de coronavirus, le SAS a mis ses locaux à disposition pour accueillir ...
« C’est une opportunité incroyable pour lancer un nouveau projet »

Mis à l'arrêt par la pandémie de coronavirus, le SAS a mis ses locaux à disposition pour accueillir des résidences d'artistes. Une manière pour le club delémontain de maintenir une émulation dans le monde culturel, à l'arrêt en raison de la pandémie de coronavirus, et une opportunité rare pour des jeunes groupes

March Tschopp (batterie), Lucas Heusler (guitare de droite), Thiago Esteves (guitare de gauche) et Jannik Wahler (clavier) viennent de former un groupe. Il profitent de l'opportunité du SAS pour développer leur projet. March Tschopp (batterie), Lucas Heusler (guitare de droite), Thiago Esteves (guitare de gauche) et Jannik Wahler (clavier) viennent de former un groupe. Il profitent de l'opportunité du SAS pour développer leur projet.

Faire vivre la culture malgré les fermetures. Le SAS à Delémont a lancé un appel aux artistes de la région fin février pour annoncer qu’il mettait à disposition ses locaux pour des résidences d’artistes.

Pour Iannis Valvini, coordinateur du SAS, il s’agissait aussi de maintenir vivante l’activité culturelle dans la région en cette période de pandémie. « Nous sommes à l’arrêt depuis octobre 2020, explique le programmateur du SAS Iannis Valvini. Cela nous a paru normal de mettre les locaux à disposition des artistes étant donné qu’il n’y a plus de concerts. C’est aussi un moyen de conserver une certaine émulation dans le monde culturel. »

Cette démarche a également été proposée par d’autres clubs et lieux culturels de Suisse romande, comme Bikini Test à La-Chaux-de-Fonds par exemple. « Nous accueillons les groupes avec les moyens qui sont les nôtres durant cette période, explique Iannis Valvini. Nous leur proposons un accueil technique d’une demi-journée avec l’un de nos techniciens et ils peuvent dormir au SAS s’ils le souhaitent »

A ce jour, dix projets ont pu bénéficier d’une résidence de deux à cinq jours au SAS, et d’autres doivent suivre. Un engouement bienvenu, selon Iannis Valvini :

Ce week-end, ce sont quatre musiciens de la région qui profitent des lieux. Leur groupe vient de se former et n'a d'ailleurs pas encore de nom. Nous sommes allés à leur rencontre :

Des projets peut-être à l'affiche

Ces résidences pourront également venir étoffer la programmation du SAS, losque le club rouvrira ses portes, explique Iannis Valvini :

Le retour des soirées attendu avec impatience

Quand à l'avenir du SAS, le pire semble passé, à en croire Iannis Valvini, même s'il reconnaît que les derniers mois ont été très compliqués :

/tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus