Les partis prennent position pour le 13 juin

Le 13 juin, les Suisses devront se rendre aux urnes pour se prononcer sur cinq objets fédéraux ...
Les partis prennent position pour le 13 juin

Le 13 juin, les Suisses devront se rendre aux urnes pour se prononcer sur cinq objets fédéraux. Les partis de la région ont communiqué leur position ces dernières semaines

Les Suisses devront se prononcer le 13 juin sur cinq objets fédéraux. (Photo : archives). Les Suisses devront se prononcer le 13 juin sur cinq objets fédéraux. (Photo : archives).

Les Suisses se rendent aux urnes le 13 juin. Ils devront se prononcer sur cinq objets fédéraux. Et pour aiguiller les votants, les sections régionales des différents partis politiques du Jura bernois ont donné leur position, qu’ils soient pour le oui, le non ou encore qu’ils laissent la liberté de vote.


Deux initiatives qui divisent

Deux initiatives ont fortement fait parler d’elles dans tout le pays. Il s’agit de celle « Pour une eau potable propre » et de celle « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Un seul parti prône le 2X oui. Il s’agit des Verts qui avancent que « ces initiatives sont nécessaires afin de surmonter les blocages bourgeois sur la politique agricole ». D’autres n’en soutiennent qu’une et laissent la liberté de vote sur la deuxième. C’est le cas des Vert’libéraux qui sont en faveur de l’initiative « Pour une eau potable propre »  et qui se réjouissent d’une loi qui s’attaque enfin à ces problématiques en mettant en place « des mesures incitatives plutôt que des interdictions ». Les socialistes autonomes, eux, demandent le oui pour une Suisse libre de pesticides en soulignant le fait que « cette initiative responsabilise non seulement l’agriculture, mais également les pouvoir publics et les privés ». Trois partis s’affichent clairement en faveur du 2x non. L’UDC souligne que « ce paquet de loi est très dangereux pour la sécurité alimentaire ». Le PLR assure que ces initiatives mettent à mal le système politique consensuel à la base de notre stabilité démocratique. Le PEV, lui, signale que les consommateurs « ne sont pas encore prêts à mettre le prix » pour des produits biologiques. Quant aux socialistes de la région, ils ne sont pas unanimes. Le PS JB préfère laisser la liberté de vote jugeant ces initiatives sont « trop radicales » malgré l’objectif louable. Le Parti socialiste Erguël, par contre, se positionne en faveur du texte « pour une eau potable.


Trois autres objets sur le tapis

La loi sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme divise également les partis. D’un côté, le PSA, le PS, les Verts et le PVL sont pour le non. Dans tous les discours, « l’intrusion sur les vertus individuelles » et la question de l’arbitraire est évoquée. De l’autre côté justement, l’UDC affirme que le comportement des milieux qui se soucient plus des droits des criminels potentiels que de ceux des victimes doit être dénoncé. Le PLR et le PEV soutiennent également cet objet en précisant que les moyens supplémentaires attribués à la police permettront de prévenir les attentats.

Concernant la loi sur le CO2, seule l’UDC est opposé à ce texte. Le parti agrarien ne nie pas qu’il faille réduire l’indépendance de notre société aux énergies fossiles, mais il juge les moyens de cette loi « inutiles et injustes ». Le PLR quant à lui laisse la liberté de vote. Et tous les autres partis s’accordent sur le fait qu’il « est de notre responsabilité d’agir pour limiter notre empreinte carbone et réduire les émissions de gaz à effet de serre ». Tout ceci dans un but de « limiter le réchauffement climatique ».

Le peuple suisse devra également se prononcer sur la loi Covid-19. Et cette fois-ci, tous les partis sont d’accord : il faut soutenir le texte proposé par le Conseil fédéral. /lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus