Bénéfice pour l'Eglise catholique bernoise

Le Parlement de l'Eglise nationale catholique romaine du canton de Berne a approuvé les comptes ...
Bénéfice pour l'Eglise catholique bernoise

Le Parlement de l'Eglise nationale catholique romaine du canton de Berne a approuvé les comptes 2020 lors de sa session de printemps. Le bénéfice dépasse le demi-million de francs

 Malgré l'excédent de revenus affiché, les prévisions à plus long terme s'annoncent sombres pour l'Eglise catholique romaine du canton de Berne. (Photo : archives) Malgré l'excédent de revenus affiché, les prévisions à plus long terme s'annoncent sombres pour l'Eglise catholique romaine du canton de Berne. (Photo : archives)

Les comptes 2020 de l'Eglise catholique romaine du canton de Berne se portent bien. Ils ont été acceptés lors de la session de printemps du Parlement avec un excédent de revenus de plus d'un demi-million de francs, a-t-on appris vendredi dans un communiqué. Sans les provisions pour les salaires des agents pastoraux, le résultat serait même amélioré de 800'000 francs supplémentaires. La différence la plus marquante par rapport aux années précédentes est l’augmentation d’environ 12 millions de francs des charges de personnel. En effet, les agents pastoraux sont employés directement par les Églises nationales depuis 2020. Le canton de Berne continuera à rembourser ces coûts à l’Église nationale catholique romaine jusqu’en 2025.


Des inquiétudes pour l'avenir

Ces chiffres positifs ne peuvent cacher le fait que les prévisions à plus long terme pour l'Église nationale catholique romaine du canton de Berne sont sombres. Le plan financier prévoit des pertes à partir de 2023. La tendance à tourner le dos à l'Église n’a pas diminué avec la pandémie de covid-19. Selon ses responsables, une des principales missions sera d’expliquer à la population quelles sont les tâches essentielles que l'Eglise finance avec ses impôts ecclésiastiques.


Un geste pour les enfants handicapés

Il y a deux ans et demi, le Parlement avait voté un projet en faveur des enfants avec un handicap : ces jeunes devaient pouvoir suivre des cours d’éducation religieuse dans le cadre normal d’une paroisse. Des moyens financiers pour le suivi supplémentaire nécessaire ont été accordés à hauteur d’un poste à 50%, limité à trois ans.

Par ailleurs, le Conseil de l’Église nationale a répondu à une interpellation sur la formulation de mots d’ordre de vote par le Conseil de l’Église nationale. Dans sa réponse, celui-ci a déclaré qu'il prenait rarement position sur des questions politiques. Dans un passé récent, cela n’a été le cas que deux fois. Les deux fois, il s’agissait de questions qui touchaient directement l'Église : en 2014-2015 sur les plans d’austérité prévus par le canton au détriment des Églises, et en 2019 sur la révision de la loi sur l’aide sociale. /comm-oza



 

Actualités suivantes

Articles les plus lus