Le GAUO voit le jour à Courtelary

Le Groupe d’accueil d’urgence et d’observation a ouvert ses portes le 1er juin au centre éducatif ...
Le GAUO voit le jour à Courtelary

Le Groupe d’accueil d’urgence et d’observation a ouvert ses portes le 1er juin au centre éducatif et pédagogique de Courtelary. Il a pour but d'accueillir des enfants qui ont besoin de place d’accueil immédiate

Le salon de l'appartement du GAUO. Le salon de l'appartement du GAUO.

« Un soulagement » de voir le Groupe d’accueil d’urgence et d’observation (GAUO) se concrétiser. C’est le terme utilisé mardi matin par le directeur du Centre éducatif et pédagogique de Courtelary (CEPC), Vincent Delémont. Ce groupe accueille six enfants au maximum entre 6 et 15 ans qui doivent être placés dans l’urgence que ce soit pour des raisons d’agressions ou tout simplement d’hospitalisation ou d’incarcérations des parents. Le but est donc d’offrir « un accueil 24h/24h et 365 jours par année à ces enfants ». Ces derniers vivent ainsi dans un appartement aménagé de façon conviviale pour leur permettre de retrouver un cadre stable et adéquat. Vincent Delémont précise qu’il était nécessaire de voir naître un tel groupe puisque dans le cadre de sa fonction, il remarque que la demande est très grande dans le canton. Elle peut se chiffrer « à plus d’une centaine de personnes dans le besoin dans la partie francophone du canton ».

Vincent Delémont : « Le groupe d’accueil comporte six places »

Trois prestations

Le GAUO propose trois types de prestations. Dans un premier temps, il y a un accueil de protection. C’est lorsque l’enfant est victime de négligences graves et de maltraitance et qu’il doit ainsi sortir rapidement de son cadre familial. Le deuxième type d’accueil est basé sur l’évaluation. C’est très souvent lié au premier type d’accueil. L’idée est d’analyser la situation afin de trouver des solutions pour la suite. La dernière possibilité est une « sorte de dépannage ». L’enfant est placé en cas d’hospitalisation ou encore d’incarcération des parents. Ces prestations se différencient des autres activités du CEPC par la durée de l’accueil. Jusqu’à maintenant, le centre recevait des jeunes sur le long terme (plus de six mois) alors que maintenant, il est possible de le faire sur un très court terme et surtout dans les deux heures qui suivent l’appel.

« Il se différencie par ses prestations »

Un choix sur le nombre de places

Malgré le nombre de demandeurs importants, il était difficile d’imaginer quelque chose de plus grand. Vincent Delémont l’explique pour deux raisons. Premièrement, la qualité de l’accompagnement serait moins efficace s’il y avait trop de monde à encadrer que ce soit chez les enfants ou les familles qui les entourent. Deuxièmement, les bâtiments à dispositions ne permettent pas d’accueillir plus de monde dans des conditions optimales. /lge

« Ce dispositif répond au mieux aux besoins »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus