Évacuation du bois flottant sur le lac de Bienne

Le lac de Bienne a fortement décru ce week-end. Il stagne ce lundi, mais il pourrait redescendre ...
Évacuation du bois flottant sur le lac de Bienne

Le lac de Bienne a fortement décru ce week-end. Il stagne ce lundi, mais il pourrait redescendre en-dessous de son niveau de crue en fin de semaine. La police du lacs et l’Office des eaux et des déchets se mobilisent pour évacuer le bois flottant

Une personne marche dans l'eau du lac dans le port lors de la montée de l'eau du lac de Bienne suite aux fortes précipitations des derniers jours. (Photo : KEYSTONE / Jean-Christophe Bott). Une personne marche dans l'eau du lac dans le port lors de la montée de l'eau du lac de Bienne suite aux fortes précipitations des derniers jours. (Photo : KEYSTONE / Jean-Christophe Bott).

Après une forte décrue ce week-end, le lac de Bienne stagne. Le niveau du lac de Neuchâtel a dépassé celui de Bienne et l’eau reflue du premier vers le second. La hauteur du lac de Bienne devrait constante lundi et mardi et pourrait redescendre en dessous de son niveau de crue en fin de semaine. Le retour à une hauteur normale pourrait prendre jusqu’à trois semaines. La police des lacs et l’Office des eaux et des déchets continuent le repêchage de bois flottant pour éviter qu’il ne s’accumule devant les installations et n’entrave le flux de l’eau. L’objectif est pour l’instant atteint. En deux semaines, 4'000 m3 ont été évacués des barrages de collecte, dont près des trois quarts sur le lac de Thoune. Le bois repêché est acheminé vers des installations de valorisation, comme les chauffages à distance.


Plusieurs organismes mobilisés

Sur le lac de Bienne le volume évacué est de 1'000 m3, la hauteur des vagues et la force des courants ont rendu temporairement impossible les opérations de repêchage. Plusieurs organismes s’activent pour évacuer le bois : les équipes du service cantonal d’entretien de la correction des eaux du Jura participent à l’évacuation avec leurs propres bateaux. La police des lacs a mobilisé tous ses effectifs disponibles, pour l’enlèvement des gros volumes de bois. Dans les ports, l’évacuation du bois est fait par les exploitants. Pour ce qui est du bois flottant échoué sur les rives, il doit être repêché et éliminé par les propriétaires ou les titulaires des droits de superficies concernés.

La protection civile participe aussi aux travaux de déblaiement. Douze organisations ont déployé près de 200 membres sur l’ensemble du canton. Leur mission principale est de prendre le relai des services du feu et de déblayer les débris. Leur engagement est indéterminé, car il faut attendre que l’eau ait reflué pour pouvoir procéder aux travaux de déblaiement. Les différents organes de conduite régionaux et leurs états-majors spécialisés continuent de se coordonner pour limiter au mieux les dégâts dus aux crues.


Evacuation de l’eau

Il est encore trop tôt pour utiliser les pompes et évacuer l’eau des caves et des garages inondés. En effet, le niveau des eaux souterraines, tout comme celui du lac, sont encore 35 centimètres au-dessus de la limite de crue et plus d’un mètre au-dessus du niveau normal. Dans ces conditions, il est vain de vouloir pomper l’eau des caves et des garages souterrains. De plus, selon les indications des sapeurs-pompiers, cela empêche que la pression exercée par les eaux souterraines à l’extérieur des bâtiments n’endommage les sols et les murs.


Navigation et baignade sont toujours interdites

Malgré des conditions météos idéales ces prochains jours, il est toujours interdit de naviguer sur l’Aar, sur le lac de Bienne, sur le canal de la Thielle jusqu’à l’embouchure du lac de Neuchâtel et sur le canal de Nidau-Büren. Il est également interdit de se baigner dans l’Aar, à cause d'un risque mortel. Il est fortement déconseillé de se baigner dans le lac de Bienne, à cause des quantités de bois flottant mais également car il sert de bassin collecteur pour toutes les masses d’eau qui proviennent de zones inondées. Il n’est donc pas impossible que du mazout, de l’essence, des matières fécales ou des cadavres d’animaux parviennent dans le lac. Les plages de Bienne, de Nidau et de Douanne sont donc fermées jusqu’à nouvel avis. /comm-clp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus