Lac de Bienne : on passe en mode « attente »

Le niveau du lac de Bienne baisse doucement, mais le danger est encore bien présent. Les autorités ...
Lac de Bienne : on passe en mode « attente »

Le niveau du lac de Bienne baisse doucement, mais le danger est encore bien présent. Les autorités de Bienne et Nidau ainsi que les pompiers invitent la population à faire preuve de prudence et de patience

Le lac se retire gentiment, mais de nombreuses zones restent sous l'eau (ici au Strandboden à Bienne). Le lac se retire gentiment, mais de nombreuses zones restent sous l'eau (ici au Strandboden à Bienne).

« La situation s'est calmée, mais on reste dans la phase maximum du danger », a expliqué mardi Hansruedi Zurbrügg, responsable de l'Organe de conduite régional (OCR). Au plus fort de la montée du niveau du lac, plus d'une centaine de personnes étaient engagées, en particulier des membres de la protection civile et des pompiers. Les intervenants disent avoir été surpris par la rapide montée des eaux. « En douze heures, l'on a franchi deux phases de danger » sur l'échelle des dangers naturels, a relevé le responsable de l'OCR. Les expériences tirées des inondations de 2005 et 2007 ont permis d'agir rapidement. « On peut prévoir beaucoup, mais on ne peut pas tout éviter. »


Trop tôt pour pomper l'eau

Les pompiers appellent les particuliers à la patience. En raison du niveau élevé des eaux souterraines et du lac, il est vain de vouloir pomper l'eau des caves et sous-sols. L'eau continue de s'infiltrer dans les immeubles, a expliqué Matthias Reber, responsable général de l'intervention des sapeurs-pompiers et de la protection civile. Dans certains cas, des dommages plus importants aux bâtiments peuvent même être évités si les locaux inondés ne sont pas vidés. Cela empêche que la pression exercée par les eaux souterraines à l'extérieur des bâtiments n'endommage les sols et les murs. « Il y a trop d'eau partout. Il faut expliquer pourquoi on ne pompe pas les caves », a souligné Hansruedi Zurbrügg.

Même si le niveau du lac baisse, la mairesse de Nidau Sandra Hess et le conseiller municipal biennois Beat Feurer ont appelé les curieux et la population à ne pas gêner le travail des pompiers ni à adopter un comportement dangereux le long des rives. « Il ne faut pas sous-estimer le danger », a déclaré la mairesse de Nidau. Le lac de Bienne devrait passer en-dessous de son niveau de crue vers la fin de la semaine. Comme pour le lac de Neuchâtel, le retour à un niveau normal sera plus long et pourrait dans ce cas prendre entre deux et trois semaines. Mardi, il était encore 30 centimètres au-dessus de son seuil de crue.


Bilan positif

Sandra Hess et Beat Feurer ont dressé un bilan positif de l'engagement des forces d'intervention. « La préparation a permis de répondre à cette situation de crise », a relevé le directeur biennois de l'action sociale et de la sécurité. Les deux élus ont aussi salué la bonne collaboration entre les différents services.

Il est toujours déconseillé de se baigner dans le lac de Bienne. Comme il sert de bassin collecteur pour les masses d'eau provenant des zones inondées, le nageur pourrait se retrouver face à des cadavres d'animaux ou au milieu de matières fécales ou de mazout. A cela s'ajoutent de grandes quantités de bois flottant. /ats-oza

Ecoutez l'analyse détaillée de Hansruedi Zurbrügg, responsable OCR :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus