Un homme accusé d’escroqueries à l’aide sociale

Le Tribunal régional Jura bernois-Seeland se penche depuis lundi sur des infractions commises ...
Un homme accusé d’escroqueries à l’aide sociale

Le Tribunal régional Jura bernois-Seeland se penche depuis lundi sur des infractions commises entre 2012 et 2019 au préjudice de plusieurs services sociaux de la région

L'audience se tient devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland, à Moutier. (Photo : archives). L'audience se tient devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland, à Moutier. (Photo : archives).

Il est accusé d’avoir indûment touché de l’aide sociale pendant plusieurs années. Un homme originaire de la République démocratique du Congo comparait depuis lundi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland, à Moutier. Il doit notamment répondre d’escroqueries par métier et de faux dans les titres. La justice lui reproche de ne pas avoir annoncé près de 120'000 francs de revenus aux services sociaux.


Plusieurs services sociaux touchés

A chaque fois, l’acte d’accusation fait plus ou moins mention du même mode opératoire. Entre 2012 et 2019, le prévenu a effectué toute une série de missions intérimaires, mais il n’a déclaré qu’une partie des revenus obtenus dans le cadre de ces travaux. Il est aussi accusé d’avoir falsifié divers documents. L’homme a agi au préjudice de plusieurs services sociaux de la région, à savoir ceux de Tavannes, Moutier et Courtelary. Selon le Ministère public, il s’est comporté comme un professionnel et avec une volonté d’enrichissement illégitime.


De l’argent distribué en Afrique

Le prévenu a admis la majorité des faits. Lors de son audition, il a toutefois expliqué que cet argent avait été envoyé en Afrique pour aider des personnes en difficulté. « Je ne suis pas un méchant », a-t-il lancé à la présidente du tribunal, la juge Maryvonne Pic Jeandupeux. L’homme dit notamment avoir pris en charge les frais d’hôpital d’un nourrisson prématuré, dont on lui avait faire croire qu’il était le père. « Je pensais inconsciemment que ça n’allait pas se savoir », a-t-il déclaré, reconnaissant avoir trahi la confiance des services sociaux.

L’audience se poursuit mardi avec les plaidoiries du Ministère public et de la défense. Le verdict sera rendu jeudi matin. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus