Une armée suisse plus écolo pour une neutralité carbone d'ici 2050

Viola Amherd a présenté ce mardi des mesures visant à réduire l’impact écologique de l’armée ...
Une armée suisse plus écolo pour une neutralité carbone d'ici 2050

Viola Amherd a présenté ce mardi des mesures visant à réduire l’impact écologique de l’armée suisse. La conseillère fédérale en charge de la défense a aussi dévoilé une charte de l’environnement

Viola Amherd a présenté une charte de l'environnement ce mardi à Chamblon. (Photo : KEYSTONE / Laurent Gillieron). Viola Amherd a présenté une charte de l'environnement ce mardi à Chamblon. (Photo : KEYSTONE / Laurent Gillieron).

L'armée suisse se veut plus verte. Sa ministre Viola Amherd a annoncé vouloir renforcer l'engagement de son département en faveur de l'environnement, via une charte et un plan d'action pour l'énergie et le climat. Objectif : afficher une neutralité carbone d'ici 2050.

Il existe « un lien étroit et évident » entre les thématiques écologiques et le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), a relevé Viola Amherd, lors d'une conférence de presse mardi sur la place d'armes de Chamblon, dans le canton de Vaud.

Viola Amherd a insisté sur l’importance de s’investir en faveur de la protection du climat. Un combat qui n’est pas incompatible avec le rôle de l’armée

La Valaisanne a indiqué que son département, avec ses 11'000 postes à plein temps et 7’000 bâtiments ou installations, consommait près de 3’700 térajoules par an, soit l'équivalent d'une ville comme Neuchâtel. Il émet également environ 200'000 tonnes de CO2 par an.

Soulignant la « responsabilité » du DDPS, et particulièrement de l'armée, à agir pour les générations futures, Viola Amherd a dévoilé un premier plan d'action, relatif à l'énergie et au climat. D'autres suivront ces prochaines années, en se consacrant notamment au bruit, au sol et à l'eau.


Véhicules électriques et panneaux solaires

Concrètement, Viola Amherd a expliqué que l'armée allait limiter l'utilisation de carburants fossiles. Les véhicules à moteur conventionnel seront ainsi remplacés, « dans la mesure du possible », par des alternatives électriques.

L'utilisation de carburants durables sera également étudiée. A l'avenir, ceux-ci permettront de faire fonctionner aussi bien les véhicules que les avions de combat.

Outre la mobilité, un effort sera porté sur l'autre domaine qui pollue le plus, à savoir l'immobilier. Toutes les chaudières à mazout des bâtiments seront remplacées par des systèmes de chauffage alternatifs d'ici 2030, a promis Viola Amherd.

L'installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures et les façades contribuera également à élever le niveau d'autosuffisance énergétique.

En tout, le plan d'action Energie et climat du DDPS prévoit une soixantaine de mesures applicables d'ici 2030. L'objectif consiste à ce que le département affiche un bilan carbone neutre à l'horizon 2050.

Les coûts de ces différentes mesures sont estimés à 650 millions de francs. Le département fournira chaque année des informations sur l'avancement de ces projets.

Viola Amherd s'est rendue sur la place d'armes de Chamblon :

Charte de l'environnement

A noter que ce nouveau plan d'action remplace le programme énergétique en vigueur au DDPS depuis 2004, et dont les objectifs ont été « atteints voire dépassés. »

Viola Amherd a aussi rappelé l'existence du programme Nature-Paysage-Armée. Appliqué depuis 20 ans, il vise à protéger et favoriser la diversité des espèces et de leurs habitats sur les sites militaires.

S'y ajoute désormais une nouvelle charte de l'environnement, que Viola Amherd a aussi présenté mardi à Chamblon. Elle donne un cadre général à une action plus « verte » de l'armée. Cinq axes prioritaires ont été retenus : mieux protéger la nature, ménager les ressources naturelles et réduire les émissions, viser la neutralité climatique, réduire les risques pour l'être humain et l'environnement ainsi que mieux sensibiliser et communiquer sur ces questions.

« J'espère avoir pu démontrer combien la biodiversité et les places d'armes, la nature et l'armée, la protection du climat et le DDPS ne sont en aucun cas en contradiction », a conclu la conseillère fédérale. /ATS-dsa

Le personnel militaire est également sensibilisé à l’environnement du périmètre, comme nous l’explique le colonel Patrick Huber, commandant de la place d’armes de Chamblon


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus