Jubin Frères racheté mais conserve son identité

Swiss Energy Holding, basée à Porrentruy, a pris le contrôle de l’entreprise jurassienne qui ...
Jubin Frères racheté mais conserve son identité

Swiss Energy Holding, basée à Porrentruy, a pris le contrôle de l’entreprise jurassienne qui dispose de 117 stations essence en Suisse romande et espère bien se développer au-delà

Le nom des stations Jubin ne disparaîtra pas du paysage. Le nom des stations Jubin ne disparaîtra pas du paysage.

Une page s'est tournée pour la société Jubin Frères. Fondée en 1973, la société jurassienne essentiellement active dans la distribution de carburant a été rachetée il y a quelques semaines par Swiss Energy Holding, également basée à Porrentruy. Jubin Frères dispose de 117 stations essence réparties sur toute la Suisse romande. L’entreprise conservera néanmoins son nom et la famille restera aux commandes pour assurer la gestion opérationnelle. Le nouvel actionnaire majoritaire, Swiss Energy Holding, affirme d'ailleurs ne pas vouloir renier cette institution et ce nom qui fait partie du paysage régional. « Ne pas changer l’image de marque était justement l’une des conditions. On souhaite même renforcer la présence de ce nom à l’échelle nationale et pas seulement régionale. Les marchés suisse-allemand et suisse-italien nous intéressent et nous sommes déjà en train d’étudier certaines opportunités », révèle Alexandre Uldry, actionnaire majoritaire de Swiss Energy SA. Selon lui, les 120 emplois de Jubin Frères seront conservés et « aucune restructuration ni remaniement » n’est à l’ordre du jour.

Alexandre Uldry : « Renforcer la présence du nom à l'échelle nationale »

« Nous cherchions un actionnaire de référence suisse, respectueux de notre histoire », confiait d’ailleurs Didier Jubin, directeur général de l’entreprise éponyme, dans un communiqué diffusé fin juillet. Même à l'heure du débat sur les énergies et de la hausse des ventes de voitures électriques, investir dans les carburants pour moteurs thermiques n’est pas encore obsolète selon Alexandre Uldry. « Les alternatives souhaitées par les gouvernements ne sont clairement pas encore à la hauteur. La demande pour la voiture électrique est croissante mais on est encore loin d’une solution qui pousserait à mettre de côté les voitures à moteur thermique. Ces véhicules vont encore circuler pendant passablement d’années ». /comm-jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus