Suisse-UE : la recherche et l’industrie dans le flou

Une conférence relative à la politique européenne de la Suisse s’est tenue jeudi à Delémont ...
Suisse-UE : la recherche et l’industrie dans le flou

Une conférence relative à la politique européenne de la Suisse s’est tenue jeudi à Delémont. La secrétaire d’Etat Livia Leu était présente et a notamment répondu aux inquiétudes de représentants des hautes-écoles et des entreprises de la région

L'abandon de l'accord-cadre institutionnel laisse plusieurs secteurs dans l'incertitude face à l'avenir. (Photo : libre de droit). L'abandon de l'accord-cadre institutionnel laisse plusieurs secteurs dans l'incertitude face à l'avenir. (Photo : libre de droit).

Il a été question de politique européenne de la Suisse à Delémont. La négociatrice en chef avec l’Union européenne Livia Leu était de passage dans la région dans le cadre d’une conférence sur ce thème organisée par la Fondation Gobat pour la paix. Fondation présidée par l’ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, également présente. La secrétaire d’Etat au Département fédéral des affaires étrangères Livia Leu n’a toutefois pas voulu répondre aux sollicitations des journalistes.

Sur scène, la rectrice de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Luciana Vaccaro et le codirecteur de Willemin-Macodel SA et vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Jura, Olivier Haegeli ont fait part de leurs questionnements et de leurs craintes sur l’avenir des collaborations avec l’UE.

Depuis l’abandon par le Conseil fédéral, en mai dernier, après sept ans de négociations, de l’accord-cadre institutionnel avec l’UE, ces différents secteurs vivent dans une incertitude liée au futur des collaborations avec les pays d’Europe. Le détail de ces craintes avec Olivier Haegeli :

« Certains clients suisses n’ont plus pu exporter leurs produits en Europe. »

Ce qu’on peut dire c’est que les propos de Livia Leu n’ont pas réussi à rassurer les représentants de la recherche et de l’industrie de la région. C’était le sentiment de Luciana Vaccaro à la fin de la conférence :

« Les chercheurs ont besoin de réponses. »

La suite des discussions avec l’UE et l’agenda des négociations restent donc complexes et opaques pour des personnes directement touchées par les décisions du Conseil fédéral sur ce dossier. Micheline Calmy-Rey a d’ailleurs conclu la conférence en priant le ciel pour la suite de ces négociations… /lbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus