Une année violente ressentie aussi par Juragai

Les cas de signalement pour crimes de haine ont bondi de 50% l’année passée en Suisse. Principalement ...
Une année violente ressentie aussi par Juragai

Les cas de signalement pour crimes de haine ont bondi de 50% l’année passée en Suisse. Principalement lors de la campagne de votation sur « le mariage pour tous

C'est mardi la journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie. (photo: archives) C'est mardi la journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie. (photo: archives)

L’année dernière marquée par la votation sur « le mariage pour tous » a été particulièrement violente pour la communauté LGBTIQ de Suisse. À l’occasion de la journée de la lutte contre l’homophobie, les organisations faitières LGBT relèvent dans un rapport que le nombre de signalement pour crimes de haine a bondi de 50% l’année passée en Suisse, la la plupart durant la campagne de votation. En chiffres absolus, 92 dénonciations ont été enregistrées par la Helpline des associations faîtières LGBTIQ. Toutefois, ces chiffres « pourraient être jusqu’à 10 fois plus élevés que les conclusions du rapport », souligne la codirectrice de l’Organisation suisse des lesbiennes (LOS), Muriel Waeger dans 24heures et La Tribune de Genève. Dans l’arc jurassien, Juragai a aussi ressenti cette recrudescence. Christophe Chaignat, membre du comité de l’association homosexuelle régionale, explique comment il comprend ces chiffres.

« Ce n’est pas anodin de déposer plainte »

Et puis, une conférence publique sur l’homosexualité dans le droit pénal suisse est donnée ce soir à 19h30 au musée jurassien d’art et d’histoire. Camille Montavon, juriste, chercheuse en droit pénal et doctorante de la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel est invitée par Juragai à l’occasion de la journée contre l’homophobie. /lbe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus