Bienne : pour une zone plus attrayante autour de la gare

Pendulaires, promeneurs et fêtards doivent pouvoir trouver leur bonheur à la gare de Bienne ...
Bienne : pour une zone plus attrayante autour de la gare

Pendulaires, promeneurs et fêtards doivent pouvoir trouver leur bonheur à la gare de Bienne. C’est du moins le souhait des autorités qui veulent repenser la zone tout autour de l’édifice. Elles prévoient de proposer un concept d’utilisation des espaces en fonction des besoins de la population d’ici 2024

La zone concernée s’étend de la rue d’Aarberg au sud à la place Guisan au nord. (Image : Ville de Bienne) La zone concernée s’étend de la rue d’Aarberg au sud à la place Guisan au nord. (Image : Ville de Bienne)

Le secteur de la gare de Bienne totalement réimaginé. Voilà l’ambition des autorités municipales qui ont entamé le processus de développement d’un concept d’affectation pour cette zone. Les exigences en termes d’utilisation de l’espace évoluent tout au long de la journée, explique le maire Erich Fehr. Le matin est dominé par le flux des pendulaires, à midi les gens viennent s’y restaurer, tandis qu’en soirée, les alentours de la place Guisan et une partie de la place de la gare deviennent des lieux de sortie. Autant d’aspects à prendre en compte pour la réalisation d’un plan d’affectation.

Du centre-ville au bord du lac, en passant par la gare, tout va être repensé pour proposer, d’ici 2024, trois versions de la nouvelle utilisation de la gare de Bienne. « Je pense que chaque personne qui est venue à Bienne se rend compte qu’on a un vrai besoin au niveau de la qualité de l’espace, il manque des places de stationnement pour les vélos et les arrêts du bus sont parfois moyennement lisibles », énumère Florence Schmoll, responsable de l’urbanisme à la Ville de Bienne. « Mais nous avons un vrai potentiel d’amélioration ».

Florence Schmoll : « Plus que des difficultés, je vois des challenges »

Une planification en plusieurs étapes

Le processus de développement du concept d’affectation se fera en plusieurs étapes. La première consiste à procéder d’ici juin 2022 à un état des lieux focalisé sur l’urbanisme, la mobilité et les exigences en termes d’utilisation. La deuxième phase s’étendra jusqu’à décembre 2022 et prévoit des échanges avec la population pour évaluer les besoins de celle-ci. Dans ce cadre, quatre forums seront organisés. Le premier aura lieu le 25 juin à la Maison Farel.

La troisième étape servira à définir trois scénarios d’affectations du secteur de la gare. Dans un quatrième et dernier temps, il s’agira de proposer d’ici à l'hiver 2023 un concept mis au point sur la base des scénarios.

Mais pour aller de l’avant avec ce processus, le Conseil de ville doit avaliser un crédit global de 927'000 francs. Il se prononcera le 9 juin. /ddc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus