A Tramelan, des puces autrement

La Coopérative Autrement propose ce samedi son deuxième marché aux puces sous une forme libre ...
A Tramelan, des puces autrement

La Coopérative Autrement propose ce samedi son deuxième marché aux puces sous une forme libre et sans argent. Un concept qui vise à lutter contre le gaspillage

Les marchés aux puces sont fréquents dans la région. C'est un peu moins le cas sous une forme gratuite. (Photo : archives). Les marchés aux puces sont fréquents dans la région. C'est un peu moins le cas sous une forme gratuite. (Photo : archives).

Les chineurs ont rendez-vous ce samedi à Tramelan pour la deuxième édition du marché aux puces Autrement. Organisé sous la forme d’une gratiferia, donc basé sur la gratuité, l’événement aura lieu dans le cadre du marché hebdomadaire. La lutte contre le gaspillage et la revalorisation des objets sont au coeur de ce concept qui invite chacune et chacun à déposer ou prendre librement du matériel. C’est la Coopérative Autrement qui met sur pied ces puces particulières. « Autrement », c’est d'ailleurs le mot clé comme l'explique l’une des membres du comité Nathalie Mercier :

« Les gens sont souvent gênés de prendre quelque chose sans devoir payer »

Les personnes intéressées sont invitées à venir déposer les objets dont elles n'ont plus l'utilité entre 8h et 9h, par exemple de la vaisselle, des appareils électroménagers, des livres, jouets ou vêtements. Pour que cela fonctionne bien, les organisatrices demandent que les objets apportés soient propres et en bon état. Petite spécificité cette année concernant les vêtements : ils doivent être ficelés par lots avec la taille visible, ou apportés sur cintre, et les chaussures doivent être attachées par paire. Lors de la première édition de ces puces autrement l'an dernier, Nathalie Mercier s'était étonnée du succès de certains objets pas forcément aguichants au premier regard. Preuve qu'il y en a pour tous les goûts :

La manifestation prendra fin samedi à midi. Les objets restants seront rendus à leurs propriétaires. A noter que le marché aux puces marque aussi les trois ans d'activité de la Coopérative Autrement, qui gère également une épicierie à Tramelan avec fonctionnement participatif. Une soixantaine de coopératrices - au féminin, même si on dénombre quelques hommes aussi - sont actuellement membres. « Nous avons décidé d’utiliser le féminin dans nos statuts. Une proposition validée par l'assemblée générale », explique Nathalie Mercier. Un geste militant tout à fait accepté et « qui fait du bien », sourit-elle. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus