Négocier la vérité avec les images

Dans le cadre de son programme annuel « Seeing through Clouds », le Photoforum Pasquart à Bienne ...
Négocier la vérité avec les images

Dans le cadre de son programme annuel « Seeing through Clouds », le Photoforum Pasquart à Bienne accueille, jusqu’au 4 septembre, deux expositions autour de l’image à l’ère du numérique

La dernière partie de l’exposition d’Emmanuel Van der Auwera, appelée « Memento » présente des images de médias retravaillées dans l’usine de production d’un des principaux journaux belges. La dernière partie de l’exposition d’Emmanuel Van der Auwera, appelée « Memento » présente des images de médias retravaillées dans l’usine de production d’un des principaux journaux belges.

Les archives photographiques pour négocier la vérité. C’est ce à quoi s’intéresse le Photoforum Pasquart à Bienne, qui a présenté ce vendredi deux nouvelles expositions. Celles de l’Iranienne Sheida Soleimani et du Belge Emmanuel Van der Auwera. Elles s’inscrivent dans le cadre du programme annuel du Photoforum 2022, intitulé « Seeing through Clouds », qui s’intéresse au rôle des archives photographiques et à leur prétendue vocation documentaire. « À l’ère du numérique, comment s’assurer que les images que l’on voit montre la vérité », s’interroge Ursina Leutenegger, médiatrice au Photoforum.

Urisna Leutenegger : « Les photographies contribuent à établir certains rapports de force »

Alice au Pays des « Merveilles »

Les deux artistes invités montrent différentes stratégies dans l’utilisation des archives visuelles. Ils les réinterprètent comme des lieux potentiels pour des contre-récits : ils utilisent des images numériques, historiques, fictionnelles ou personnelles pour les remettre en question.

Le travail d’Emmanuel Van der Auwera conteste la nature même des fonds d’images documentaires. Il s’appuie sur le matériel visuel généré à la suite de tueries de masses dans des établissements scolaires aux Etats-Unis. Son exposition s’intitule « FULL A.L.I.C.E » en référence au programme américain de préparation en cas d’attaque d’une personne armée. A.L.I.C.E et en fait un acronyme pour rappeler les cinq étapes à mémoriser pour augmenter ses chances de survies : alerter (Alert), se confiner (Lockdown), informer (Inform), contrer (Counter) et évacuer (Evacuate). « A mon avis, cet acronyme joue consciemment avec Alice au Pays des Merveilles, la descente dans une spirale de folie », observe Emmanuel Van der Auwera.

Emmanuel Van der Auwera : « La multiplication des tueries de masse aux Etats-Unis a conduit à une économie de la prévention proactive »

L’exposition est articulée autour du film « The Death of K9 Cigo » que l’artiste belge a produit en 2018. Un film qui constitue une recherche sur l’utilisation des médias sociaux en relation avec la tuerie de masse dans une école de Parkland, près de Miami.

Ces expositions sont à découvrir au Photoforum Pasquart à Bienne dès ce samedi et jusqu’au 4 septembre. /ddc


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus