Un concours de beauté différent des autres

Huit jeunes du Jura, du Jura bernois et de la région de Bienne sont en lice pour la finale ...
Un concours de beauté différent des autres

Huit jeunes du Jura, du Jura bernois et de la région de Bienne sont en lice pour la finale de Miss et Mister Suisse francophone. Parmi eux, la Jurassienne Chloé Leuenberger. La compétition se veut particulièrement ouverte au niveau des critères de sélection

Chloé Leuenberger est en lice pour la finale de Miss Suisse francophone. Chloé Leuenberger est en lice pour la finale de Miss Suisse francophone.

Huit jeunes de la région espèrent être élus le plus beau ou la plus belle. La finale du concours de Miss et Mister Suisse francophone se tient samedi prochain au Théâtre Barnabé, à Servion, dans le canton de Vaud. Au total, 30 femmes et 25 hommes ont été retenus pour cette dernière étape d’une aventure qui a démarré il y a plusieurs mois. Le concours entend se démarquer des autres par ses critères de sélection relativement ouverts. « On peut avoir 30 ans, être tatouée, maman ou encore plus petite que la taille requise normalement », explique la candidate jurassienne Chloé Leuenberger. L’Ajoulote souligne que ce concours est particulièrement humain.


Casser un mythe

À 30 ans, Chloé Leuenberger a été séduite par le concept de Miss Suisse francophone qui ne mise, selon elle, pas « que sur le physique ». Les candidats ont notamment dû passer des tests de culture générale lors des sélections. « Il faut vraiment essayer de casser ce mythe de la miss qui doit faire une taille 36, mesurer 1m80 et faire l’université », explique la Jurassienne. Cette dernière regrette que les participants à de tels concours soient souvent jugés négativement par la population, ce qui peut constituer un frein à prendre part à une aventure de ce genre.

Chloé Leuenberger : « Je voulais faire quelque chose de spécial pour mes 30 ans »

La candidate jurassienne voit ce concours comme un défi qu’elle s’est lancé à l’occasion de son trentième anniversaire. Chloé Leuenberger raconte avoir toujours été attirée par le monde des miss. Elle a d’ailleurs déjà été finaliste de l’élection de Miss Jura par le passé. L’Ajoulote a également encadré le concours de Miss braderie à Porrentruy. Chloé Leuenberger n’a pas d’attentes particulières par rapport à cette finale de Miss Suisse francophone. Elle compte notamment en profiter pour mettre sa région en avant. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus