Le prix du porc suisse au plus bas

La production est bien plus élevée que la demande et fait chuter les prix. Le niveau atteint ...
Le prix du porc suisse au plus bas

La production est bien plus élevée que la demande et fait chuter les prix. Le niveau atteint ces derniers temps est historiquement bas, selon les spécialistes 

Trop d'offre et pas assez de demande pour le porc suisse. (Photo : archives) Trop d'offre et pas assez de demande pour le porc suisse. (Photo : archives)

Les éleveurs de porcs tirent la langue en Suisse. L’offre dépasse aujourd’hui la demande. Ce phénomène n’est pas rare, mais il n’en demeure pas moins que la baisse actuelle est historique, d’après les spécialistes de la branche. Cette semaine, les producteurs ont vendu leurs animaux pour trois francs par kilo. En temps normal, ils peuvent les céder pour un prix dépassant quatre francs. L’agriculteur jurassien Gaël Monnerat, président de la section romande de Suisseporcs, la faitière de la filière porcine, nous détaille les causes de cette chute des prix : « La consommation baisse, la production est toujours sur une pente ascendante et la loi de l’offre et de la demande fait que le prix de la viande de porc est en train de chuter sévèrement ». Même si la région jurassienne n’est pas une zone à forte production, les producteurs sont aussi frappés par des problèmes financiers étant donné que le prix est le même dans toute la Suisse.

« La loi de l’offre et de la demande fait que le prix de la viande de porc est en train de chuter sévèrement  ».

Situation tendue dans les abattoirs

Comme le nombre de porcs est trop nombreux, il faut se munir de patience devant les abattoirs. Les producteurs doivent trouver des solutions pour envoyer leurs animaux à temps  : «  Au lieu d’annoncer les porcs quand ils font 100 kilos, on les pèse un peu avant et on prévient nos acheteurs quand ils en font 95  », explique Gaël Monnerat. Si le poids d’un porc dépasse les quotas des tabelles, le producteur est pénalisé par une baisse de prix  : «  On peut perdre encore vingt, trente ou cinquante centimes par kilo. Avec une carcasse qui fait cent grammes de trop, la baisse de prix est valable pour toute la carcasse  ». 

Gaël Monnerat : «  On est tous conscients que la situation est tendue dans les abattoirs  » 

Des solutions pour le futur

La faitière de la filière porcine Suisseporcs essaye actuellement de trouver des solutions pour que les variations du prix du porc se fassent moins ressentir. «  Le but est de parvenir à mettre en place un modèle de prévision de la production des porcelets ». Ces outils ne seront pas utiles pour la vague actuelle. Les producteurs n’ont pas d’autres choix que d’attendre qu’elle passe. Grâce à ces solutions, les mouvements cycliques que connait le marché du porc pourraient être atténués pour les années à venir. /fwo 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus