La vigne s'invite à Grandval

Aurèle Morf, vigneron à Moutier, plantera l'an prochain 1'800 pieds de vigne dans la localité ...
La vigne s'invite à Grandval

Aurèle Morf, vigneron à Moutier, plantera l'an prochain 1'800 pieds de vigne dans la localité voisine. Une culture qui s'inscrira dans un grand projet en faveur de la biodiversité

Trois hommes sans qui ce projet n'aurait pas vu le jour. De gauche à droite : l'ingénieur Sébastien Gerber, le vigneron Aurèle Morf et le propriétaire de la parcelle Maurice Wisard. Trois hommes sans qui ce projet n'aurait pas vu le jour. De gauche à droite : l'ingénieur Sébastien Gerber, le vigneron Aurèle Morf et le propriétaire de la parcelle Maurice Wisard.

C’est un petit havre de biodiversité qui va naître au nord du village de Grandval, au champ du Rossat, situé en bas du Raimeux. Le vigneron de Moutier Aurèle Morf s’est vu confier une parcelle de 6'000 mètres carrés environ. Il y cultivera trois cépages blancs dès le printemps prochain. Un projet viniculturel mais aussi historique si l’on en croit Aurèle Morf. Cette terre dans le Grand Val révèle son indéfectible amour pour l’histoire de la région, et notamment la création de l’abbaye de Moutier-Grandval au 7e siècle. Aucune trace écrite ne fait mention de la culture du raisin dans la vallée à cette époque, mais le vigneron prévôtois aime se bercer de cette hypothèse pour le moins romantique qui lui permet de rêver.

« Cet imaginaire m’attire. J’essaye de le traduire en actes »

Aurèle Morf parle d'un amusement, d'une expérience. Mais il y a du travail quand même. Environ 1'800 pieds de vigne seront plantés sur 4'000 mètres carrés. Des cépages blancs résistants déjà sélectionnés : Seyval blanc, Divona et Muscaris. On retrouvera également des fruitiers, des moutons, un étang et un mur de pierres sèches, tandis que le terrain est déjà bordé d'une large haie vivrière. Sébastien Gerber est ingénieur spécialisé et partenaire du projet. Il assure que le terrain se prête à merveille à cette diversité :

« L’étang permettra de favoriser le crapaud accoucheur »

Si tout cela a été possible, c’est surtout grâce au propriétaire de cette parcelle. Maurice Wisard habite à Monible, mais il a grandi à quelques pas de là, dans une ferme aujourd’hui disparue. Ce projet, c’est aussi un pan de son histoire de vie qui rejaillit, et une certaine fierté :

« Ma mère aimait beaucoup ce champ »

Les premiers travaux auront lieu cet automne avec le creusage de l’étang. Les pieds de vigne seront plantés au printemps prochain avec, pourquoi pas, une première vendange à l’horizon 2027. Notez que le projet a été soutenu par plusieurs institutions comme Pro Natura, la revue La Salamandre ou encore le Service de la promotion de la nature du canton de Berne. Le public est invité à découvrir la parcelle ce samedi de 16h à 21h. Venir en train ou se garer au village, puis monter à pied en direction de la charrière de Grandval. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus