Les masques « made in Jura bernois » ne font plus recette

L’entreprise Amyna3 à Corgémont a été contrainte de cesser sa production faute de demande. ...
Les masques « made in Jura bernois » ne font plus recette

L’entreprise Amyna3 à Corgémont a été contrainte de cesser sa production faute de demande. La co-directrice regrette que les acteurs locaux se fournissent à l’étranger

Les deux directeurs d'Amyna3 Morena Pozner et le docteur André Piguet lors de l'inauguration en 2020. Photo : archives Les deux directeurs d'Amyna3 Morena Pozner et le docteur André Piguet lors de l'inauguration en 2020. Photo : archives

Les masques chirurgicaux ne font plus recette dans la région. Alors que la pandémie n’a fait que très peu parler d’elle durant tout l’été, le port du masque de protection a été considérablement réduit. Ce qui a eu un impact important pour l’entreprise Amyna 3. Basée à Corgémont, elle a été fondée en 2020 afin de pallier les manques de stocks de l’époque. Mais aujourd’hui, la production est au point mort. Selon Morena Pozner, co-directrice de l’entreprise, les clients ont repris leurs mauvaises habitudes et commandent à nouveau à l’étranger, en Chine notamment.


La faillite guette

A l’heure actuelle, les machines et le personnel sont à l’arrêt. Cela concerne aussi les résidents de certaines institutions de la région qui venaient donner un coup de main pour l’emballage. Une situation que Morena Pozner regrette. Hormis certaines entreprises de la région et à une exception près, aucune commande n’a été passé par des hôpitaux. Même si les masques « made in Jura bernois » sont un peu plus chers à l’achat, ils sont de production locale. Il n’y a donc pas de frais de transports et leur acheminement est plus écologique, explique Morena Pozner. Cette dernière lance donc un appel aux acteurs de la région afin de commander en Suisse plutôt qu’à l’étranger et assure que tout est prêt pour relancer la production. Sans un redémarrage rapide de l’activité, l’entreprise fera faillite assure sa co-directrice.


La production des masques biennois aussi à l’arrêt

A Bienne également, l’entrepreneuse Babette Keller Liechti s’est lancée dans la fabrication de masques. Mais les siens sont en microfibres et réutilisables. Et chez elle aussi, la production est à l’arrêt nous a-t-elle déclaré. Sur les 200'000 pièces produites, il en reste 80'000 en stock. Là aussi, une reprise de la production est possible en tout temps si la situation sur le front de la pandémie venait à se dégrader. /ami


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus