L'électricité met l'industrie du Jura bernois sous tension

Les activités industrielles du Jura bernois vont connaître un ralentissement au cours du 4e ...
L'électricité met l'industrie du Jura bernois sous tension

Les activités industrielles du Jura bernois vont connaître un ralentissement au cours du 4e trimestre dû à la hausse du prix et à l’approvisionnement en électricité, selon la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP)

Les activités industrielles du Jura bernois connaîtront un ralentissement au cours du 4e trimestre en raison de la hausse du prix et de l'approvisionnement en électricité. (Photo : SIM) Les activités industrielles du Jura bernois connaîtront un ralentissement au cours du 4e trimestre en raison de la hausse du prix et de l'approvisionnement en électricité. (Photo : SIM)

L'évolution positive du secteur industriel dans le Jura bernois pourrait connaître un ralentissement au 4e trimestre. La hausse du prix de l'électricité va amplifier certains facteurs négatifs comme la force du franc ou les difficultés d'approvisionnement, constate la Chambre d'économie publique du Jura bernois (CEP) qui préconise une plus grande anticipation au plan national.

Une minorité d'acteurs industriels anticipe encore une croissance du volume d'affaires pour la fin de cette année. Mais la majorité des entreprises interrogées planifie cependant, dans le meilleur des cas, une stabilisation de l'activité, voire une contraction, selon le baromètre industriel de la CEP présenté mercredi.

« Ces signaux ne sont pas intrinsèquement alarmants, car l'industrie régionale fonctionne à haut régime depuis 18 mois », analyse le directeur de la CEP Patrick Linder cité dans un communiqué. Et d'ajouter que ces signaux demeurent cependant indicatifs d'un "changement d'humeur" à ne pas sous-estimer.

Une péjoration des résultats opérationnels est ainsi escomptée par plusieurs acteurs du secteur secondaire. Force du franc, inflation, approvisionnements compliqués et coût de l'énergie agissent sur les marges. Mais c'est bien la problématique énergétique qui induit la plus grande incertitude.

Patrick Linder : « La hausse spectaculaire du prix de l’électricité des dernières semaines joue un grand rôle »

Inquiétude au sujet de l'énergie

La hausse du prix du courant affecte la profitabilité et réduit une marge de manœuvre déjà serrée, note la CEP dans son baromètre industriel. Des entreprises considèrent par exemple la possibilité de répercuter une aggravation des charges sur leurs clients.

Les acteurs industriels relèvent progressivement l'incapacité du marché de l'électricité à étouffer la spéculation. « La pertinence d'une régulation étatique est parfois avancée, malgré le flottement constaté au niveau fédéral », souligne l'institution économique du Jura bernois.

Si l'industrie est disposée à contribuer aux mesures d'économie d'électricité, elle estime toutefois ne pas toujours être aidée par les autorités fédérales. « La communication de crise erratique de la Confédération est fustigée, sans compter que les incidences économiques, stratégiques et sociales de scenarii de contingentement sont pour l'heure occultées », note la CEP sur la base du sondage auprès des entreprises.

« Il va sans dire que quatre heures de black-out empêchent toute activité industrielle raisonnable »

Favoriser la concertation

Les risques d'arrêt de l'activité peuvent sans doute encore être gérés à ce stade par le biais d'une coordination volontariste et pragmatique de l'ensemble des parties prenantes, estime Patrick Linder. Son appel s'adresse à la Confédération, aux cantons, aux distributeurs d'électricité et aux entreprises industrielles. /ATS-aba


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus