Les voix s’élèvent pour dénoncer la dangerosité des travaux sur l’A5

La députée UDC Anne-Caroline Graber a déposé une interpellation au Grand Conseil qui demande ...
Les voix s’élèvent pour dénoncer la dangerosité des travaux sur l’A5

La députée UDC Anne-Caroline Graber a déposé une interpellation au Grand Conseil qui demande les chiffres des accidents et les actions mises en œuvre par le canton pour limiter les risques sur le tronçon entre Bienne et La Neuveville

Les travaux sur l'A5 sont jugés dangereux. (Photo : archives). Les travaux sur l'A5 sont jugés dangereux. (Photo : archives).

Vous l’avez certainement remarqué en passant sur l’A5 entre Bienne et La Neuveville, la circulation est fortement perturbée. En cause : les travaux de rénovation de l’autoroute qui ont commencé l’an dernier. Certaines voix s’élèvent pour dénoncer la dangerosité de ces travaux pour les automobilistes. C’est le cas d’Anne-Caroline Graber. La députée UDC au Grand Conseil bernois a déposé une interpellation en ce sens. La Neuvevilloise interroge le Conseil-exécutif quant aux risques d’accidents.


Des travaux jugés dangereux

« Ce tronçon présente un risque accru d’accidents », affirme Anne-Caroline Graber dans son interpellation en raison de « la largeur logiquement réduite des voies de circulation ». Du côté de l’Office fédéral des routes (OFROU), on est bien conscient que cette zone est compliquée en raison de sa topographie. Toutefois, tout est mis en œuvre pour éviter les accidents, à en croire Olivier Floc’hic, porte-parole pour la filiale d’Estavayer-le-Lac. « Il y a des séances régulières avec les feux bleus pour prendre les mesures qui répondent aux normes en matière de sécurité », explique-t-il. Il ajoute, néanmoins, qu’il « n’y a pas de solution idéale ». C’est pour cela que les « améliorations sont recherchées à chaque instant », pour adapter le dispositif en place, assure-t-il.

Olivier Floc’hic : « Il n’y a pas de solution idéale »

Il est clair que la fluidité du trafic est essentielle aux yeux de l’OFROU, mais ce n’est pas son principal objectif. Pour Olivier Floc’hic, « le point très important, c’est la sécurité des personnes qui travaillent ». « Aucun accident, cette année, n’a été déploré sur le chantier », se félicite le porte-parole. La preuve, pour lui, que les mesures mises en place à ce niveau-là sont efficaces.

Olivier Floc’hic : « Cette année, il n’y a pas eu d’accident sur le chantier »

Un timing mitigé

Dans le texte d’Anne-Caroline Graber, la question du timing est également pointée du doigt. Des travaux sur le tronçon entre Lamboing et Orvin sont également en cours. Difficile donc de dévier la circulation par ce tronçon en cas d’accident sur l’A5. Mais ce motif ne justifie pas un report des travaux pour Olivier Floc’hic. « C’est l’état de l’infrastructure qui fait force de loi », lance-t-il. « Lorsqu’une infrastructure nécessite des interventions urgentes, il faut les faire. Plus on attend et plus c’est difficile d’assainir correctement et plus c’est coûteux », explique le porte-parole.

Olivier Floc’hic : « C’est l’état de l’infrastructure qui fait force de loi »

La députée UDC Anne-Caroline Graber demande ainsi au Conseil-exécutif des chiffres précis concernant les accidents sur ce tronçon depuis le début des travaux, mais surtout de quelle marge de manœuvre il dispose pour limiter les risques routiers. /lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus