Moutier : affaire de mœurs devant les juges

Un homme d'environ 50 ans comparaît depuis mardi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland ...
Moutier : affaire de mœurs devant les juges

Un homme d'environ 50 ans comparaît depuis mardi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Moutier. On lui reproche notamment d'avoir commis des attouchements sur une enfant 

Les juges du tribunal de Moutier rendront leur verdict le 30 janvier. (Photo : archives). Les juges du tribunal de Moutier rendront leur verdict le 30 janvier. (Photo : archives).

Un homme d’environ 50 ans comparaît depuis mardi devant les juges du Tribunal régional Jura bernois-Seeland pour actes d’ordre sexuel avec un enfant, en l’occurrence sa belle fille âgée de 6 à 8 ans au moment des faits. Une autre affaire est traitée en parallèle. C’est précisément par cette seconde affaire, plus récente, qu’a débuté l’audience mardi matin à Moutier. Une matinée dédiée à l’audition des témoins : l’une des ex-compagnes du prévenu et ses deux filles. Le contexte est celui d'une relation de couple qui avait bien commencé, mais où tout s’est compliqué brusquement. Violence verbale, parfois même physique, sans pour autant en venir aux coups. Des injures et des menaces aussi : « Je vais te tuer. Je vais écraser tes filles », aurait proféré le prévenu à de multiples reprises, souvent sous l’emprise de l’alcool. 

L’affaire remonte à plus de 2 ans, mais la victime est apparue très affectée devant le tribunal. Ressasser ces moments est difficile pour elle qui a pu tourner la page, enfin. « Il m’avait oublié jusqu’à aujourd’hui, j’espère que ça continuera ainsi », a lâché la victime à la fin de son audition. Le prévenu, lui, a suivi les débats depuis une autre salle, en visioconférence, afin d'éviter toute confrontation. L’homme de 50 ans a été décrit comme étant paranoïaque, persuadé d’être la cible de complots. Il conteste avoir menacé ou injurié son ex et ses deux filles, ce que toutes trois ont pourtant répété encore et encore devant les juges. L’affaire avait d’ailleurs déjà conduit le principal intéressé au poste de police. Une interdiction d’accéder au domicile de la lésée avait été prononcée. Il ne l’avait pas respectée.


Elle pensait que c'était un jeu

Voilà pour l’affaire traitée en première partie de journée. Pour la seconde, un huis-clos total a été prononcé car les accusations sont lourdes et la victime très jeune. Une affaire qui remonte à la période 2013-2015 selon l’acte d’accusation. Le prévenu vivait alors une autre relation. C'est dans ce cadre qu'il aurait pratiqué des attouchements sur sa belle-fille âgée de 6 à 8 ans au moment des faits. Le procureur décrit des actes sordides que la victime aurait déjà tenté d’exprimer quelques années plus tard, sans qu'il n'y ait de suite. Elle pensait qu’il s’agissait d’un jeu à l’époque, mais la réalité l’a rattrapée. Les caresses auraient eu lieu presque tous les soirs, dans le lit de la maman ou sur le canapé. Avec le temps, la jeune fille tentait de s’y soustraire, de plus en plus souvent. En vain. Ce n’est qu’après la rupture brutale entre l’homme et sa maman que le calvaire s’est arrêté.

Le réquisitoire et les plaidoiries auront lieu mercredi. Quant au jugement, il sera prononcé le lundi 30 janvier. /oza



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus