Accompagner les personnes confrontées à des addictions

L’association itinéraires a lancé en début d’année un projet-pilote d’Equipe Mobile d’Interface ...
Accompagner les personnes confrontées à des addictions

L’association itinéraires a lancé en début d’année un projet-pilote d’Equipe Mobile d’Interface et d’Articulation des parcours de soins dans le domaine des addictions. Cette EMIA va à la rencontre des gens pour leur garantir l’équité et l’accès aux soins

Accompagner les personnes confrontées à une addiction dans leur parcours de soins, c'est l'objectif du projet-pilote de l'association itinéraires. (Photo: Promotion Santé Suisse) Accompagner les personnes confrontées à une addiction dans leur parcours de soins, c'est l'objectif du projet-pilote de l'association itinéraires. (Photo: Promotion Santé Suisse)

Proposer un parcours de soins adapté aux personnes concernées par des addictions. C’est ce que veut mettre en place l’association itinéraires à travers son projet-pilote de quatre ans d’Equipe Mobile d’Interface et d’Articulation. Cette EMIA est active depuis le début de l’année dans le Jura bernois, les Montagnes neuchâteloises et les Franches-Montagnes. Elle a pour objectif d’aller vers les gens de manière précoce, afin de réduire les risques sociaux, sanitaires et psychologiques qui sont liés à une consommation problématique d’une substance. Le tout sans jugement ni attente de changements, mais avec notamment l’objectif de garantir l’équité des soins et l'équité dans l’accès à ces soins, explique Benjamin Ravinet, travailleur social et responsable de ce projet d’EMIA. 

Cette EMIA est composée d’un médecin, de deux infirmiers et d’un travailleur social. Pour le moment, elle va à la rencontre de personnes concernées par une addiction et l’hépatite C. Elle propose une vision différente des soins, qui se veut pragmatique, intégrative et écologique, précise Benjamin Ravinet. Cela passe par l’atténuation des différents stigmates qui touchent les personnes qui ont une addiction, dans le but de les réconcilier avec le système de soins. Mais cette équipe mobile ne va pas remplacer les différentes institutions qui existent déjà dans la région. Au contraire, développe Benjamin Ravinet, elle va collaborer avec elles et ses soignants. L’EMIA va même apporter à ces derniers une mise à jour de leurs connaissances dans le domaine des addictions.

Pour le moment, cette offre s’adresse uniquement aux personnes confrontées à une addiction et la maladie infectieuse de l’hépatite C. Dans un second temps, l’EMIA ira également à la rencontre des jeunes concernés par une consommation problématique de tabac et de cannabis, avec l’objectif d’intervenir le plus précocement possible.

Ce principe d’« aller vers » ces personnes est central pour l’association itinéraires et donc son projet-pilote d’équipe mobile. Et c’est d’autant plus important de le faire dans notre région plutôt rurale, selon Benjamin Ravinet. Le Jura bernois, les Franches-Montagnes et le haut du canton de Neuchâtel sont des lieux de vie et il est impératif d’y proposer ce type d’accompagnement.

Toutes les personnes qui sont confrontées à une consommation problématique d’une substance et qui sont concernées par l’hépatite C peuvent faire appel à l’EMIA. Les médecins traitants ou institutions actives dans le domaine des addictions peuvent aussi les orienter vers cette démarche. Mais il n’y a jamais d’obligation, l’EMIA se base toujours sur la libre adhésion de la personne.

Ce projet-pilote est soutenu par Promotion Santé Suisse et est suivi de près par la Haute école de santé du canton de Vaud et Unisanté qui réalisent une étude sur l’apport de cette vision d’interface et d’articulation des parcours de soins sur la réduction des risques dans le domaine des addictions.

Notez que l'association itinéraires recherche encore des infirmiers pour composer son équipe mobile. /lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus