Un budget mais des problèmes qui demeurent à Plateau de Diesse

L'assemblée communale a accepté le budget 2023 revisité par l'Exécutif jeudi soir. Un oui qui ...
Un budget mais des problèmes qui demeurent à Plateau de Diesse

L'assemblée communale a accepté le budget 2023 revisité par l'Exécutif jeudi soir. Un oui qui ne résout pas les problèmes, mais octroie un peu de temps pour trouver des solutions

L'assemblée communale de Plateau de Diesse a accepté le budget 2023 jeudi soir. (Photo archives : commune de Plateau de Diesse) L'assemblée communale de Plateau de Diesse a accepté le budget 2023 jeudi soir. (Photo archives : commune de Plateau de Diesse)

Les 73 citoyens de la Commune de Plateau de Diesse présents à l'assemblée communale ont donné un peu d'air à leurs autorités jeudi soir. En acceptant, par 64 voix pour, 2 contre et 7 abstentions, la mouture du budget 2023 revisitée par le Conseil communal, la population a surtout offert un peu de temps à son Exécutif pour trouver de vraies solutions afin de redresser la barre. «Le oui de ce soir fait du bien parce qu'il nous permet de travailler. Mais il faut savoir rester réaliste, il ne règle en aucun cas les problèmes», analysait froidement, après plus d’une heure de présentation et de questions, la maire, Catherine Favre Alves. Sa Commune a évité de se retrouver sous la tutelle cantonale et peut désormais régler les affaires courantes avec un chouïa plus de sérénité. Mais ce n'est qu'un petit nuage qui s'en est allé dans le ciel du Plateau. Catherine Favre Alves ne se laisse pas bercer de douces illusions après le oui de ce jeudi soir. «Non, tout ne va pas bien. Ce budget n'est pas vraiment meilleur que celui qui nous avions présenté en décembre dernier», relevait-elle. «C'est un peu un emplâtre sur une jambe de bois.»


Des efforts insuffisants

En fin d'année dernière, l'Exécutif avait présenté un budget affichant un peu plus d'un million de francs d'excédent de charges. Après avoir raboté partout où il était possible, il a réussi à faire passer une pilule à peine moins amère, avec un malus de 856'000 francs prévu pour cette année. Il n'y a donc pas de quoi sauter sur les tables. « Ces efforts d'économie ne sont pas suffisants. Je crains que nous nous dirigions vers des temps difficiles », a relevé un citoyen. Le Conseil communal a opiné du chef.


La faute au nouveau collège

Si la Commune de Plateau de Diesse en est arrivée là, c'est qu'elle paie un lourd tribut à son nouveau collège, qui ouvrira, sauf catastrophe, ses portes à la rentrée d'août. Mais les 14 millions qu'il aura coûtés pèsent dans les finances communales. Et l'amortissement qui doit être réalisé sur les 25 prochaines années n'est pas étranger à la situation actuelle. « Une hausse de la quotité d'impôts nous aurait permis de diluer quelque peu le remboursement. Nous ne nous faisions pas trop d'illusions. Nous savions qu'elle avait peu de chances de passer la rampe en décembre dernier. Mais je suis satisfaite parce qu'elle a suscité la réflexion, elle semble avoir permis à la population de prendre conscience de la situation », ajoutait Catherine Favre Alves.


Il faudra se serrer la ceinture

Sans jouer les oiseaux de mauvais augure, l'acceptation du budget 2023 ne va pas changer la donne. Plateau de Diesse devra plus que se serrer la ceinture durant les années à venir. Et une augmentation de la quotité d'impôts paraît inévitable dans un avenir plus ou moins proche. « Par le passé, le Canton exigeait que les remboursements pour la construction d'une école se fassent sur 10 ans. A ce moment-là, c'était tout bonnement impossible pour une commune comme la nôtre d'en construire une. Même avec un remboursement sur 25 ans, on se rend compte que ce n'est pas possible non plus. Les autorités de l'époque, la population qui a validé ce choix démocratiquement, ont eu le courage de se lancer. Il faut accepter les conséquences de la construction de cette nouvelle école », plaidait encore Catherine Favre Alves.

La maire ne se voulait pas « négative, mais réaliste ». « Nous restons une commune faite de collines, qui ne possède pas de grandes entreprises. Nous allons au devant d'années difficiles. Mais il faut penser à moyen-long terme. Il faudra trouver des solutions, peut-être vendre quelques terrains, l'un ou l'autre bâtiment (réd: les anciennes écoles de Lamboing et Diesse seront vides, mais désuètes à la rentrée)», relevait Catherine Favre Alves.

La Commune de Plateau de Diesse a désormais un budget, mais elle n'a pas la tête hors de l'eau pour autant. /epe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus