Nouveau cap pour Fabien Mérillat

Le chef cuisinier va remettre le restaurant de l’Etoile à Perrefitte à de nouveaux tenanciers ...
Nouveau cap pour Fabien Mérillat

Le chef cuisinier va remettre le restaurant de l’Etoile à Perrefitte à de nouveaux tenanciers, après 86 ans d’exploitation au sein de sa famille. Il prêtera son savoir-faire au sein de la Fondation pour le rayonnement du Jura bernois à Sonceboz

Fabien Mérillat a œuvré durant près de 30 ans au sein du restaurant de l’Etoile
à Perrefitte. (Photo : archives) Fabien Mérillat a œuvré durant près de 30 ans au sein du restaurant de l’Etoile à Perrefitte. (Photo : archives)

C’est une page qui se tourne dans la gastronomie régionale : Fabien Mérillat remet le restaurant familial de l’Etoile à Perrefitte au mois d’août. L’établissement sera repris par un chef cuisinier de renommée en provenance de l’Oberland bernois Mickael Cochet et sa compagne Azucena Canosa.

Voilà 86 ans que la famille Mérillat exploite ce restaurant, de génération en génération. Il est maintenant temps de passer le flambeau, mais le processus de recherche a été long. « C’est une réflexion que nous avons eue avec mon épouse il y a quatre ans », souligne le chef actuel de l’établissement. « Les discussions avec le repreneur ont ensuite duré huit mois ».

Fabien Mérillat : « Honnêtement, je ne pouvais pas rêver mieux pour la reprise de l’établissement »

Troquer le tablier contre la cravate

Fabien Mérillat s’apprête à prendre un nouveau cap dans sa carrière. Le Beûtchin a été engagé par Jura bernois Tourisme pour gérer l’hospitalité de l’espace visiteurs à la Maison du Grand Chasseral, qui verra le jour au mois de septembre à Sonceboz. Une fonction loin des couteaux et des casseroles : « Ce n’est pas un restaurant, c’est une unité d’accueil pour les touristes, les acteurs culturels ou encore les entreprises, précise Fabien Mérillat. Mon rôle sera de faire le lien entre tous ces domaines et être au service de la population ».

Fabien Mérillat : « Je pense que je vais m’épanouir »

Cet univers n’est toutefois pas inconnu du cuisinier qui a également un diplôme en hôtellerie. « Je pense que c’est bien pour moi de finir sur cette note, dans une fonction qui mêle toutes mes formations », conclut-t-il. /ddc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus