Accident à Bienne : la directrice des TPB réagit

Christine Maier s'est exprimée jeudi publiquement au lendemain de l'accident mortel ayant impliqué ...
Accident à Bienne : la directrice des TPB réagit

Christine Maier s'est exprimée jeudi publiquement au lendemain de l'accident mortel ayant impliqué un enfant à vélo et un bus des Transports publics biennois

Un bus des TPB a été impliqué dans l'accident de mercredi. (Photo : Transports publics biennois). Un bus des TPB a été impliqué dans l'accident de mercredi. (Photo : Transports publics biennois).

L’émotion restait vive à Bienne au lendemain de l’accident routier qui a coûté la vie à un enfant. Pour rappel, ce dernier circulait mercredi à vélo sur la rue Franche. Il a été happé par un bus des Transports publics biennois (TPB) pour une raison qui reste à déterminer. La directrice des TPB a réagi jeudi publiquement à ce tragique événement. Christine Maier est apparue extrêmement touchée. « C’est un choc énorme », a-t-elle lâché au micro de nos collègues de la radio alémanique Canal 3, rappelant qu’elle-même est maman. La directrice oriente toutes ses pensées vers la famille de la jeune victime. Un soutien psychologique a également été mis en place pour les employés des TPB qui en auraient besoin. Le chauffeur du bus concerné lui aussi fait l’objet d’un accompagnement particulier. Christine Maier le répète : dans l’immédiat, aucune conclusion ne sera tirée. « Nous devons attendre les résultats de l’enquête avant de prendre d’éventuelles mesures. »

Christine Maier : « La sécurité des clients et des employés est notre première priorité »

Une enquête a donc été ouverte par le Ministère public Jura bernois-Seeland. Un appel à témoin a d’ailleurs été lancé ce jeudi. Toutes les personnes qui ont assisté à l’accident survenu mercredi vers 13h15 à la rue Franche et qui sont susceptibles de donner des informations sont priées de contacter la police cantonale bernoise au 032 324  85 31. Christine Maier espère de tout coeur qu'un tel drame ne se produira plus. Les résultats des investigations diront si des mesures particulières devront être prises à l'avenir. Et la directrice des TPB de conclure, lucide : « Malheureusement, une sécurité à 100% n’existe pas ». /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus