Moins de classes, mais plus de besoins à Pro Junior Arc jurassien

Des élèves vont peut-être sonner à votre porte, pas pour réclamer des sucreries mais pour aider ...
Moins de classes, mais plus de besoins à Pro Junior Arc jurassien

Des élèves vont peut-être sonner à votre porte, pas pour réclamer des sucreries mais pour aider les plus démunis. La vente de Pro Junior Arc jurassien revient en ce début novembre

Les élèves de Courtételle participent à la vente. (Photo : Pro Junior Arc jurassien / Théophile Boucard) Les élèves de Courtételle participent à la vente. (Photo : Pro Junior Arc jurassien / Théophile Boucard)

Pro junior Arc jurassien est à la recherche d’élèves. La vente solidaire, anciennement Pro Juventute, existe depuis 1912. Mais le Covid a laissé des traces et l’association connaît une baisse d’un tiers de classes participantes, alors que le nombre de demandes d’aides financières de familles dans le besoin est en augmentation. L’argent récolté par la vente de sachets de thé et de stylos dégage en général 300'000 francs qui sont attribués à environ 400 enfants et jeunes de la région, du Jura jusqu’à une partie du canton de Vaud.

Le secrétaire général de l’association rappelle que sa section fait la plus belle vente de Suisse, certaines ont déjà disparu, notamment dans les grandes villes. Yannick Boillod indique qu’après la pause forcée liée à pandémie les enseignants ont perdu l’habitude. « Les enseignants ont de plus en plus de tâches administratives et ils voient ça peut-être comme quelque chose en surplus », relève le secrétaire général qui précise Pro junior a simplifié la démarche. Désormais, c’est une vente directe : « les élèves ont les produits, les vendent directement et ramènent l’argent ».


Des valeurs de solidarité

Yannick Boillod relève les valeurs de solidarité développée à travers cette action. D’autres aspects pédagogiques peuvent aussi être développés grâce à cette vente. Le secrétaire général de Pro junior Arc jurassien évoque les mathématiques, via l’argent récolté et les bons de commande, mais aussi l’expression orale ou encore la thématique des inégalités sociales. Pour lancer cette action, la section a invité la presse vendredi matin à Courtételle dans une classe partenaire. L’enseignante des 7 et 8e année, Aurélie Simon, se réjouit de participer à nouveau à cette vente. « Je trouve que c’est important de sensibiliser les élèves à cette association locale », précise la jeune femme qui affirme que les enfants sont assez sensibles aux inégalités sociales : « c’est quelque chose qui leur parle ». /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus