« Il y a trop peu de pistes cyclables en Suisse et dans la région »

En matière de pistes cyclables, le Jura bernois et Bienne peuvent encore mieux faire. C’est ...
« Il y a trop peu de pistes cyclables en Suisse et dans la région »

En matière de pistes cyclables, le Jura bernois et Bienne peuvent encore mieux faire. C’est le constat de Pro Vélo Suisse, qui surveille de près l’avancée de la loi sur le réseau cyclable, mise en place il y a une année pile

Un an
après l’introduction de la loi sur les voies cyclables, Pro Velo tape sur les
doigts des cantons retardataires. (Photo : archive) Un an après l’introduction de la loi sur les voies cyclables, Pro Velo tape sur les doigts des cantons retardataires. (Photo : archive)

Il n’y a pas encore assez de pistes cyclables en Suisse ! Bienne et le Jura bernois ne sont pas les meilleurs élèves non plus, selon Pro Velo Suisse. Un an pile après l’introduction de la loi sur les voies cyclables votée par le peuple, il y a encore du travail. « Si on veut encourager les gens à prendre le vélo, il faut tenir les engagements dans les délais et créer plus de voies cyclables », tonne Delphine Klopfenstein Broggini, vice-présidente PRO VELO Suisse. 

Le problème : une loi votée par le peuple en 2018, une introduction dans la Constitution en 2022 et un réseau cyclable qui n’a toujours pas beaucoup avancé, selon le constat de Pro Velo Suisse, qui promène sa loupe affûtée sur les cartes topographiques de Suisse. Si le canton de Berne n’est pas le pire élève, il n’est pas exemplaire non plus. « Disons-le, Bienne fait partie des villes qui ne sont pas complètement à la traîne, précise la vice-présidente. Mais il y a encore beaucoup à faire pour que les cyclistes aient leur place sur la voie publique ». 

« Le problème n’est pas la distance, mais le fait qu’on a la trouille sur la route »

Dans le Jura bernois, les longues distances sans aménagement pour les cyclistes entre les villages sont pointées du doigt. « Si on veut rejoindre Sonceboz depuis Tavannes, le problème n’est pas la distance mais le fait qu’on a peur sur la route », ajoute Delphine Klopfenstein Broggini. Un frein au développement de ce moyen de locomotion d’avenir, selon elle. 

Aux lecteurs et lectrices qui se demandent comment faire avancer la cause cyclable, une réponse : la balle est dans le camps des politiques, qui doivent mettre sur pied un plan d’action concret pour respecter la loi. Selon le texte, le délai de planification des réseaux de voies cyclables expire à la fin 2027. /jse


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus