Enquête sur le Biennois Nicolas Blancho

Le Biennois Nicolas Blancho est sous le coup d’une enquête pénale, révèle vendredi le procureur ...
Enquête sur le Biennois Nicolas Blancho

 Nicolas Blancho, à gauche.

Photo: Keystone

Le Biennois Nicolas Blancho est sous le coup d’une enquête pénale, révèle vendredi le procureur général de la Confédération dans une interview à la NZZ. Le président du Conseil central islamique suisse est soupçonné par le Ministère public de la Confédération de propagande pour une organisation terroriste. Cette enquête vise également deux autres membres du Conseil central islamique.

C’est une vidéo qui a mis le feu aux poudres en novembre 2015. Un membre du Conseil islamique s’est rendu en Syrie l’an dernier, il est revenu avec une interview d’un dirigeant de l’organisation Jaysh al-Fath, une organisation à laquelle appartient la branche syrienne d’Al-Qaïda. Cette vidéo postée sur Youtube a été visionnée plus de 100 mille fois. Pour le Ministère public de la Confédération, cette démarche viole l'article 2 de la loi suisse interdisant les groupes Al-Qaïda, Etat islamique et les organisations apparentées.

Des accusations rejetées par le Conseil central islamique. Dans un communiqué de presse publié vendredi, il fait appel à la liberté d’expression. Il défend son droit de pouvoir interviewer des personnalités importantes dans le cadre de la révolution syrienne. Si la procédure pénale devait se poursuivre, les dirigeants du Conseil islamique affirment être prêts à exposer sereinement leurs arguments.

Pour le procureur général de la Confédération, cette affaire est prioritaire. Il espère pouvoir transmettre le dossier au Tribunal pénal fédéral l’année prochaine. /ats-mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus