Détenu bernois toujours dans la nature

prison

Le détenu bernois qui s’est échappé jeudi d’une clinique psychiatrique à Bâle est toujours dans la nature. L’homme est considéré comme dangereux.  Mais les autorités peinent à être très précises à son sujet. Une conférence de presse convoquée vendredi après-midi devait faire le point sur l’affaire. Il reste  des zones d’ombre. 

 

Circonstances de l’évasion précisées

La Direction de la police du canton de Berne et les  cliniques psychiatriques de Bâle ont donné des détails sur les circonstances de l’évasion. Le détenu a surpris son monde lors d’une promenade dans la cour du centre fermé. Il y a été emmené avec six autres patients. Il  a soudain commencé à courir depuis le milieu de la cour avant de  grimper le long d'un grillage de 3,5 mètres de haut, recourbé vers  l'intérieur à son sommet.   Une fois passé de l'autre côté, le criminel a réussi à  s'échapper en s'appuyant sur les fixations d'une cabine de toilettes  mobile. L'alerte a immédiatement été donnée. La police a aussitôt  lancé des recherches, mais sans succès.

 

Pas de danger immédiat pour le grand public

La dangerosité de l’homme continue de susciter beaucoup d’interrogations depuis son évasion. Le médecin-chef des cliniques psychiatriques universitaires de Bâle estime que le criminel est un patient "moyen", c'est-à-dire qu’il n’a ni déclenché de mesure de sécurité particulière, ni obtenu de mesure d’assouplissement durant sa peine.   Ce criminel, dont on ignore toujours la nature des délits, est considéré comme dangereux pour la communauté. Il ne s’agit toutefois pas d’un délinquant sexuel. Les responsables des cliniques affirment par ailleurs que le grand public ne court aucun risque immédiat. Il n'est toutefois pas exclu que l'individu commette de petits délits dans sa fuite, selon un spécialiste. /lba + ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus