Viol ou relation consentie?

Une affaire de viol occupe le Tribunal de Moutier depuis lundi matin. La cour juge un Macédonien ...
Viol ou relation consentie?

Tribunal

Une affaire de viol occupe le Tribunal de Moutier depuis lundi matin. La cour juge un Macédonien de 35 ans accusé d'avoir abusé d'une jeune femme à deux reprises en 2010 à La Neuveville. L'audition du prévenu s'est déroulée en l'absence de la plaignante, une Brésilienne de 22 ans, sans-papier, aujourd'hui renvoyée dans son pays. La cour a confronté les versions des deux parties le matin, des versions très différentes.

 

Qui ment?

Le prévenu jure « sur la Bible et le Coran » que la relation était consentie, cet après-midi de mai 2010. Elle et lui ont déjà couché ensemble, la veille, dans les toilettes publiques d'un restaurant, à Bienne. C'est concernant le lendemain que les versions divergent: elle prétend qu'il l'a violée à deux reprises, sous la menace d'un pistolet. Lui affirme au contraire qu'elle était d'accord: « plaisir partagé » dit-il.

« Comment en êtes-vous arrivé à tromper votre femme, qui plus est dans l'appartement d'un ami, présent dans une autre pièce ? », demande le président du Tribunal. « On était bourrés d'alcool ». Le prévenu est un homme de peu de mots, ses réponses sont courtes avec toujours la même explication: l'alcool. Le reste? Il ne se souvient pas. « Quand on sort de trois ans de prison pour viol, est-ce qu'on ne fait pas un peu attention? », s'étonne le juge. L'auteur présumé jure ses grands dieux et souligne qu'il père de deux enfants... Le Président du tribunal lui répond, dubitatif: « oui oui, ça on connaît ici ».

Verdict mercredi. /tsc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus