Unia: "c'est le coup de massue"

L’annonce de la suppression de 225 emplois chez Tornos est un coup de massue pour le syndicat ...
Unia: "c'est le coup de massue"

Le syndicat Unia a appris les mesures d'économies de Tornos en même temps que les employés. Le syndicat Unia a appris les mesures d'économies de Tornos en même temps que les employés.

L’annonce de la suppression de 225 emplois chez Tornos est un coup de massue pour le syndicat Unia. Il ne s’attendait pas à autant de suppressions de postes. Informé en même temps que les employés jeudi soir, Unia a planché toute la nuit avec une commission d’entreprises pour trouver des alternatives aux licenciements. Ils ont 12 jours pour faire des propositions. Trois pistes sont étudiées : chercher les économies possibles au sein de Tornos, négocier des retraites anticipées – un nombre importants de travailleurs ont entre 55 et 65 ans – et enfin discuter d’un plan social pour les personnes qui devraient tout de même être licenciées.

Unia demande une réaction des pouvoirs publics

Selon Unia, le cas de Tornos illustre la détérioration du  secteur de la machine-outil dans le Jura et le Jura bernois. Le syndicat s’attend à d’autres restructurations et demande une réaction des pouvoirs publics :  « Les autorités n'ont pas de conception en matière de politique  industrielle alors qu'elles ont un rôle à jouer ». Le  syndicat souhaite mettre sur pied des assises régionales de  l'industrie métallurgique et des machines-outils réunissant les acteurs économiques, politiques et  syndicaux.  /jfa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus